Enosh
1819 - Londres, partagée entre le mysticisme et le développement galopant de la technologie...
 
 FAQFAQ  Le site   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

A la recherche du croc perdu
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Enosh Index du Forum  .::. Coeur de Londres  .::. Big Ben

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Christopher M. Hewrey
Bedeau alcoolique

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2007
Messages: 52
Localisation: Dans une église ou une taverne
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 08/01/2009 23:11:09    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

Cela faisait déjà six mois que Christopher avait soulagé sa dernière âme en quête de repos éternel, c'est-à-dire abattu son dernier humain avant sa transformation en lycan. Comme d'autres avant lui, celui-ci semblait ignorer le malheur dont il était frappé. Peut-être n'était-ce pas qu'une apparence d'ailleurs... Peut-être ne savait-il vraiment pas ce qui devait lui arriver à la prochaine pleine lune ? Heureusement que le bedeau avait pu le libérer avant qu'il ne se transforme en un horrible monstre démoniaque ! Il était mort aujourd'hui et, dans l'au-delà, il se félicitait certainement qu'un chasseur ait pu mettre fin à cette terrible malédiction !

Oui, Christopher avait bien fait, il le savait. Enfin, c'est ce que son mentor lui aurait dit... Manque de chance, le vieillard n'était plus là pour le guider et son élève commençait à trouver sa tâche de plus en plus pénible. En dépit de son expérience de Londres, les créatures semblaient toujours aussi difficiles à trouver. De plus, le bedeau avait de plus en plus de mal à éviter que son emploi ne souffre de ses beuveries et chasses nocturnes. Jusqu'à présent, il n'avait pas commis de graves impairs, mais le prêtre commençait à le regarder d'un air soupçonneux. Il lui avait déjà demandé à plusieurs reprises s'il n'était pas malade ou s'il n'avait pas d'ennuis...

*Je devrais sans doute changer d'église, mais ça se saurait... Tant pis, je continuerai aussi longtemps que je le pourrai.*

Mais son état physique n'était pas la seule chose qui le perturbait. Au cours des derniers mois, il s'était demandé plus d'une fois où tout cela allait le mener. Tuer des gens qui ne lui faisaient rien, qui ne savaient même pas qu'ils étaient dangereux... Bien sûr, il se rappelait aussitôt des leçons du père Hewrey : il agissait ainsi pour leur bien, pour qu'ils ne deviennent pas d'horribles montres possédés par le Diable ! Mais de là à les abattre... Hélas, Christopher ne voyait pas ce qu'il pouvait faire d'autre pour les libérer. Il continuait donc, en essayant de se poser le moins de questions possibles.

*Bon, je suis arrivé... Oh, il y a plus de monde que prévu. Si je commence des recherches ici, je risque de me faire remarquer.*

Le jeune homme se trouvait à quelques mètres de la grande horloge Big Ben, qui indiquait à peu près onze heures du soir. Le bedeau pensait que cet endroit serait déserté en pleine nuit, ce qui n'était pas le cas. Bien sûr, il ne voyait pas une grande foule, mais il aurait préféré ne croiser personne tout court. Cependant, Christopher n'avait pas l'intention de partir maintenant qu'il était là. Quelques jours auparavant, il avait entendu dire qu'un cadavre horriblement déchiqueté avait été retrouvé près de Big Ben. Cette information pouvait n'être qu'une simple rumeur, un mensonge... Bref, rien de sérieux. Mais comme il n'avait plus de piste depuis très longtemps, il avait décidé de venir ici une nuit de pleine lune. Sait-on jamais...

*Si je le vois, je ne pourrai pas tirer devant tout ce monde. Je suis bête, ça ne servira à rien de tirer s'il est transformé...*

Néanmoins, Christopher mit la main dans sa veste, vieille chose élimée, pour vérifier si son pistolet était là. Manque de chance, comme il ne regardait pas devant lui, il heurta une imposante dame en tenue de soirée. Le choc lui fit lâcher son arme qui, mal attachée, tomba sur le sol. La femme, qui n'avait rien remarqué, se plaignit de "la violence des jeunes gens de nos jours ! Quelle horreur mon Dieu !" Par contre, son cavalier blêmit et fixa Christopher d'un oeil mauvais. Ce dernier se baissa vivement, ramassa le pistolet et le fit disparaître dans son manteau.

"Je m'excuse Madame, c'est de ma faute... Je ferai plus attention à l'avenir..."

Puis il repartit sans demander son reste, en espérant ne pas avoir trop attirer l'attention. Un peu plus loin, il commença à regarder ce qui l'entourait. Mais il ne vit rien d'étrange et aucun visiteur douteux.
_________________
On ne peut vaincre le mal que par un autre mal.
Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur        

Publicité






Message Posté le : 08/01/2009 23:11:09    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Xylia Stark
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2008
Messages: 80
Localisation: Ici... ou là. Qui sait ?
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 17/01/2009 17:41:32    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

Xylia l'observait de loin. A priori, ce n'était pas une proie très intéressante, il avait seulement une vieille veste usée jusqu'à la corde.
Mais un type qui trimballe un pistolet n'est pas normal.
En fait, un pistolet, ce serait diablement plus utile dans ses mains à elle que dans les mains d'un adulte visiblement accoutumé aux beuveries. Non pas qu'elle n'y était pas habituée elle-même, mais elle avait promit un mois d'abstinence.
Ca allait être un long mois...
Elle se demanda, tout en piochant abondamment dans les poches d'un homme mûr qui rêvassait, si cet homme au pistolet ne cachait pas quelque délicieux secret à percer. Parce qu'un pistolet en plein centre ville, ça soulève forcément des questions.
Enfin, la dernière fois qu'elle avait percé un secret, ce n'avait pas été tout à fait volontaire.
Pas tout à fait sans douleur non plus.
De belles dames huppées se retournaient sur le passage de l'homme, non pas qu'il soit spécialement attirant avec cette vieille vestes, mais enfin on ne pouvait trop le rater. Et puis surtout, les caquètements de la dame qu'il avait bousculée attiraient les yeux sur lui.
Mais elle aussi attirait les regards, avec ses airs de domestique qui n'a rien à faire là, même si cet endroit n'était pas si riche que ça, elle était entourée de bourgeois. En même temps, c'était parfait pour elle, sauf qu'on la regardait.
Elle portait sa nouvelle robe, mal raccommodée à l'épaule (heureusement qu'elle n'avait pas mit ses habits habituels, elle aurait fait encore plus tache.) A ses pieds, son fidèle chat orange tanguait un peu. Lui, il avait encore mangé dans les poubelles d'une boucherie, et essayait de rester réveillé.
Bah, il faisait ce qu'il voulait de sa vie. Elle n'était pas vraiment sa maitresse.
Mais à force de tanguer, souhaitant visiblement dormir pour digérer, il se fourrait dans ses pieds et manquait de la faire trébucher sur ses victimes. Elle venait d'être prise la main dans le sac deux rues plus tôt, et en portait la marque cuisante sur la joue. Elle espérait de tout coeur que ses cheveux le cachaient, ça et la trace de dents sur son cou (cadeau d'un certain vampire qui ne l'avait pas loupée, elle et sa stupidité).
Elle ramassa son chat, et entreprit de suivre l'homme au pistolet, grimaçant sous le poids anormalement lourd de l'animal.
Si elle réussissait à avoir son pistolet, elle pourrait se défendre avec. Elle le voulait.
_________________
I won't cry. Cause tears are diamonds and pearls, and I don't want to give them to people who don't deserve it.
Revenir en haut
              

Alessandro Valentini
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juin 2007
Messages: 122
Race: Vampire

Message Posté le : 21/01/2009 04:09:21    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

Aucun visiteur douteux hein ? La conclusion était peut-être un peu hâtive...
Certes, Alessandro n’était pas un gros monstre poilu, mais il disposait de jolis petits crocs, pour l’instant dissimulés derrière son habituel sourire en coin. Mains enfouies dans les poches de son manteau sombre, il se tenait adossé à une bâtisse, observant de loin les mouvements de la populace. Onze heures. La nuit était à peine entamée, le sang tiède d’un jeune docker croisé sur les bords de la Tamise coulait dans ses veines, ses travaux mécaniques sur la nouvelle machine à vapeur allaient dans le bon sens. Il avait trouvé ce qu’il cherchait.
Qui il cherchait, plutôt, et la fameuse demoiselle était justement en train de dépouiller non sans dextérité un malheureux inconscient qui deviendrait bientôt un pauvre inconscient, pour ainsi dire. Même robe, mêmes expressions... même parfum juvénile et insolent. Et... oh ? Cette marque brûlante sur sa joue... Lui la distinguait sans mal à cette distance, et un petit murmure de désapprobation lui échappa à l’idée que l’on ait pu frapper sa Xylia.

Petite curieuse encore une fois trop curieuse... Alessandro n’avait rien manqué de la scène de l’homme au pistolet, cet homme à l’esprit agité et embrouillé par l’alcool qui se donnait des allures d’enquêteur. A moins qu’il ne guette la terrible bête qui déchiquetait les gens près de Big Ben, lui aussi... Bête contre lequel cette arme stupide ne serait d’aucune utilité. Pas un médium, et visiblement peu au courant. Après avoir brièvement sondé les esprits alentours, le vampire conclut qu’il ne courait aucun risque, et aux yeux de tous simple jeune homme pâle un peu débraillé –il sortait de son atelier-, il s’écarta du mur qui lui servait d’appui et fendit la foule d’un pas silencieux.
Il était aisé pour lui de deviner sur qui portait le regard de Xylia, et quel était l’objet de sa convoitise. Probablement pas le porte-monnaie de cet homme aux vêtements miteux... Il se mit à suivre la suiveuse.

Mais lui n’étant pas embarrassé par les mouvements de la foule qu’il évitait souplement, il eut tôt fait de rejoindre la jeune fille, et se glissant derrière elle, effleura brièvement de ses lèvres la chevelure de cette dernière, contact volé avant que le fameux chat roux ne gâche la surprise. A se demander pourquoi cet animal se mettait à crachoter dès qu’il le voyait... c’était vraiment curieux non ? Alessandro eut un sourire amusé, et attendit qu’elle se retourne pour lui adresser une profonde révérence, ce qui, évidemment, ne manqua pas d’attirer l’attention sur eux.

« Chère Xylia, quel... étrange hasard, » souffla t-il de sa voix tout aussi étrange, et qui excluait la possibilité d’un hasard. « Il me tardait de vous revoir, votre conversation était si délicieuse. »

Et uniquement sa conversation, cela allait de soi... Le sous-entendu glissa entre eux comme un bref silence, alors qu’il la fixait de ses yeux trop noirs. Puis il rapporta son regard sur l’homme au pistolet, lequel s’était déjà sensiblement éloigné. Son sourire s’étira.

« Une arme, hm ? Portée par un homme que vous ne devriez probablement pas approcher... » Il se mit à marcher à côté d’elle et haussa légèrement le ton : « Qui sait ce qui rôde par ici ces derniers temps... »

Trois ou quatre visages se tournèrent vers lui. Mais lui reporta son attention sur Xylia, et légèrement penché vers elle, il murmura gravement à son oreille :

« Il est dangereux pour vous de vous promener seule ici la nuit... certaines choses traînent qui ne craignent pas les armes à feux. »

Lui par exemple, mais lui c’était différent, il était civilisé. Mais il était inenvisageable qu’un de ces lycans répugnants ne fassent du mal à sa Xylia. Tiens d’ailleurs... Il se redressa légèrement, fixant les alentours. Quelque chose était entré dans son champ de perception : difficile de dire ce que c’était à cette distance, lycan, nécromant, exorciste... toujours est-il que c’était une chose vis-à-vis de laquelle les vampires éprouvaient une répulsion instinctive.
Revenir en haut
              

Christopher M. Hewrey
Bedeau alcoolique

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2007
Messages: 52
Localisation: Dans une église ou une taverne
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 04/02/2009 00:33:46    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

Inconscient du double danger qui le guettait, Christopher continua une enquête qui promettait d’être longue. Sans la moindre trace, il risquait de tourner en rond pendant des heures avant de s’écrouler de fatigue. Quoique… Se connaissant, il ne s’effondrerait pas dans la rue, car il préfèrerait la chaise d’un des nombreux bars de la ville. Pourquoi diable n’avait-il pas envoyé une bouteille avec lui ? Ses recherches lui paraîtraient bien moins pénibles s’il avait de quoi se réchauffer un peu… Malheureusement, il savait aussi que cela lui ferait perdre le peu de concentration dont il disposait. Le jeune homme soupira d’un air découragé, mais il ne rebroussa pas chemin. Après quelques secondes d’hésitation, il s’engagea dans la ruelle la plus petite et la plus glauque qui se trouvait en face de lui.

*C’est l’endroit idéal s’il veut traverser ce quartier discrètement. Mais il risque aussi de me tomber dessus plus facilement. Tant pis…*

Christopher s’engagea dans la ruelle d’un pas lent et peu discret. Il regardait avec méfiance autour de lui, prêt à réagir à la moindre alerte. Cependant, il ne voyait pas grand-chose, car il n’y avait aucune lumière en ce lieu. Même celle de la lune disparaissait régulièrement derrière les toits des maisons. Le bedeau continua à marcher avec prudence, ce qui ne l’empêchait pas de buter contre les cailloux et les nombreuses ornières du chemin. Après dix minutes de marche, le bedeau aperçut un nouveau croisement, où les rues paraissaient un peu plus larges. Malheureusement, il vit aussi trois personnes appuyées contre le mur d’une des maisons, juste à l’entrée du carrefour. Ces hommes le regardaient avec insistance, comme s’ils avaient la ferme intention de lui demander quelque chose.

*Je n’aime vraiment pas ça… Je ne connais pas ce quartier, mais je suis certainement dans un endroit louche maintenant. Ces imbéciles vont me faire perdre du temps et je ne vais jamais retrouver ce que je cherche. Quelle plaie…*

Christopher s’apprêta à faire demi-tour pour passer par un coin un peu moins fréquenté. Manque de chance, les inconnus ne semblaient pas décidés à le laisser partir. Ils s’approchèrent tranquillement, avec nonchalance, un sourire mauvais sur le visage. Le bedeau envisagea une seconde de partir en courant, avant de se raviser. De toute façon, ils étaient bien trop près pour qu’il parvienne à les distancer. S’ils possédaient une arme, il seraient capables de lui tirer dans le dos pour l’empêcher de s’enfuir.

"Si c’est mon argent qui vous intéresse, inutile de vous énerver", leur lança-t-il. "Je vous le donne volontiers à condition que vous me laissiez passer."

Christopher sortit sa bourse bien maigre et la tendit à bout de bras. Un des garçons la lui arracha brutalement pour en explorer son contenu. Son sourire se transforma en une moue dégoûtée, tandis qu’un grognement sortait de ses lèvres. Il redressa la tête et fixa sa victime qui ne bougeait toujours pas. Son expression passa de la colère au mépris, tandis qu’il jetait sur le sol la bourse en cuir vidée de ses quelques pièces.

"C’EST PAS ASSEZ !" brailla-t-il. "Je suis sûr que tu caches des choses sur toi ! D’ailleurs, tu fiches quoi par ici, hein ? T’es un voleur c’est ça ? Un receleur ? Faut pas hésiter à nous le dire, on pourrait certainement t’aider…"

"Non, je suis un simple bedeau", répondit-il d’une voix molle.

Les visages un instant intéressés se couvrirent de stupeur, avant que les brutes n’éclatent de rire. Vraiment, cet individu était un drôle de personnage ! Il s’imaginait vraiment qu’ils allaient croire une telle bêtise ?!! Enfin, tout cela n’était guère important…

"Tenez-le pendant que je le fouille !", lâcha le premier bandit à ses compagnons.

Aussitôt, Christopher se retrouva attrapé, ceinturé avant qu’il n’ait esquissé un seul geste. Il essaya de se débattre, car il ne voulait pas qu’on lui prenne son pistolet et ses balles. Mais il n’était pas assez fort pour se dégager. Un voyou lui donna un coup de poing entre les épaules pour le calmer. Le jeune homme serra les dents et dut faire un effort pour ne pas tomber.
_________________
On ne peut vaincre le mal que par un autre mal.
Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur        

Xylia Stark
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2008
Messages: 80
Localisation: Ici... ou là. Qui sait ?
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 08/02/2009 16:30:34    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

Elle suivait tant bien que mal "l'alcoolique", portant son chat sur l'épaule et percutant plus ou moins de gens ( mais heureusement pour elle, il y avait tellement de monde qu'on ne pouvait vraiment l'accuser ), quand le félin se mit à crachoter comme si sa vie en dépendait. Tout en enfonçant ses griffes dans son épaule. Tient tient, comme une impression de déjà-vu, grimaça-t'elle.
Aussi ne fut-elle pas surprise ( enfin, si, mais juste un peu. Après tout, elle ne sursauta que de 3 cm. D'accord, c'était vraiment très visible. ), lorsqu'en se retournant, elle découvrit le vampire qui lui faisait la révérence.
"Ah !, vous êtes le vamp... Euh, Monsieur Valentini !" s'écria-t'elle un peu fort, surprise.
Et machinalement, elle lissa les cheveux qui étaient censés cacher la marque de sa jolie correction.
Lorsque tous autour d'eux se retournèrent, surpris de voir un homme comme Alessandro s'incliner devant une domestique (et encore, s'ils savaient qu'elle n'était qu'une pickpocket...) Xylia rougit, affreusement gênée.
Oh non, qu'on arrête de la regarder, pitié...
"Relevez-vous, souffla-t-elle, un brin nerveuse, tout le monde nous regarde !"
Les paroles d'Alessandro la firent tiquer.
Un hasard ? Vous m'en direz tant. Dans Londres, recroiser quelqu'un "par hasard", mais vraiment par hasard, c'était un peu impossible.
Quant à sa conversation... Eh bien à son avis, en y repensant, elle avait fait preuve d'une grande "crucherie". Alors la seule chose qui avait été délicieuse pour le vampire, ça serait plutôt son sang...
"Tient, c'est marrant, j'aurais plutôt cru que vous étiez venu me voir pour boire un coup !" lâcha-t-elle d'un ton pince-et-rit.
Même si les bourgeois autours l'entendaient, ils ne saisiraient pas le sous-entendu.
Et le vampire en face d'elle... eh bien si elle avait vécu autant que lui et sa supériorité intellectuelle, physique et tout, eh bien elle n'aurait cure de se qu'elle venait de lâcher. Ou alors elle taillerait l'insolent en pièce. Juste histoire de lui apprendre les bonnes manières. Mais évidemment, elle n'était pas Alessandro et n'avait pas du tout pensé à sa réaction ( et pour quoi faire d'ailleurs ? )
Il n'eut pas l'air d'attacher tant d'importance à sa remarque.
Par contre, il réorienta la conversation sur l'homme et son arme, et quand il haussa le ton et qu'encore une fois quelques personnes se retournèrent, Xylia rougit encore en rentrant la tête dans ses épaules et se dit que décidément, elle détestait vraiment qu'on la regarde. Si ça se trouve, il l'avait fait exprès. Allez visiter la tête d'un vampire...
Et lorsqu'il se pencha pour murmurer à son oreille, elle ne put retenir un léger mouvement de recul en serrant davantage son chat contre elle (qui continuait de lui labourer l'épaule de ses griffes en crachotant, mais il commençait à faiblir, fatigué et ayant besoin de digérer ). Elle n'avait pas confiance en les hommes après tout, alors en un vampire... en un vampire... bein elle ne savait pas. De la crainte peut-être, parce que même si elle avait tendance à l'oublier, il pourrait facilement la faire disparaître de ce monde si elle l'énervait un peu trop.
Il se redressa rapidement, au curieux soulagement de Xylia, heureuse que pour un instant tout le monde se désintéresse totalement d'elle.
Pour la peine, elle fit les poches du premier bourgeois qui passa près d'elle.
Et puis elle se rendit compte qu'elle était en train de se laisser distraire de sa proie principale, et cela lui fit penser à une de ses amies, 'Ann, qu'elle avait perdue de vue et qui lui reprochait ce défaut de temps à autre. Cela accru sa distraction et elle en oublia presque ce qu'elle était en train de faire, et eut tout juste le temps de retirer sa main de la poche du bourgeois, qui, tournant la tête, la regarda d'un air soupçonneux. Elle s'appliqua à lui faire sa tête la plus innocente possible, avec plein de mauvaise foi.
Mais elle avait perdu de vue l'homme.
Alors elle se borna à demander au vampire, avec un grand sourire un peu moqueur :
"Qu'est-ce qu'il y a ? Le grand méchant loup ?"
_________________
I won't cry. Cause tears are diamonds and pearls, and I don't want to give them to people who don't deserve it.
Revenir en haut
              

Kassidy Nolwen
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2009
Messages: 19
Localisation: La ou je ne devrais pas...
Race: Humain
Médium ?: Oui

Message Posté le : 17/04/2009 12:39:35    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

Kassidy marchait lentement vers la place. Elle n'avait jamais vraiment apprécié marcher en compagnie de gens aussi riches... Bien qu'ils se révélaient une proie facile pour les mains agile, elle ne trouvait aucun intérêt a leur fréquentation. Trop snob, trop vieux, trop conservateur. Décidément, juste au bout de quelques minutes, leur présence commencait a l'énervée. Il faut dire qu'elle avait passé une sacré journée et qu'elle n'avait pas vraiment dormis durant les deux dernieres nuit. Le manque de sommeil la rendait quelque peu... impatiente. La jeune femme marchait sans vraiment regarder autour d'elle, la tete baisser, les mains dans les poches, ruminant de sombre pensées. Soudain, elle leva la tete, regardant autour d'elle avec une surprise légere. Elle était tellement concentrée sur autre chose qu'elle en avait oublié la raison de sa venue. Elle se souvenait bien s'etre dirigée dans cette direction avec un but précis, mais la nature de ce but lui échappait totalement a présent.

*Bah merde... Je foutais quoi ici déjà moi..?* se demandais la jeune fille en affichant une moue boudeuse. *Bof... ca devait pas etre important.*

Comme elle allait rebrousser chemin a la suite d'une telle conclusion, quelque chose attira son attention. Une drole de sensation, déjà éprouvée un nombre incalculable de fois, mais toujours incompris par la voleuse. Quelque chose clochait lui semblait il. Quelque chose... Oui, mais quoi? Elle errait sans trop se presser au milieu des regards hostiles et des remarques déplaisante de la bourgeoisie londonienne, chose a laquelle elle ne portait aucune attention d'ailleurs, trop préoccupée a essayer de déterminer d'ou venait cette impression désagréable.

Alors qu'elle se faufilait agilement au milieu de la foule indignée par ses formes féminines vetues d'habit « peu convenable », elle remarqua un couple assez étrange. Une adolescente dont elle ne pouvait deviner l'age a l'air timide et simple en compagnie d'un jeune homme, un peu pale certes, mais en apparence tout de meme normale. Seulement, elle, elle ne l'était pas normale et ce qui lui semblait cloché dans ce tableau n'était pas l'allure confiente, pour ne pas dire arrogante du jeune inconnu, ni ses yeux noirs de nuit, seulement cette impression de...mort. De non existence, d'erreur. Seulement, la jeune orpheline n'avait jamais rencontré de vampire au par avant. Du moins, pas comme celui la, elle ne connaissait que les esprits et ne comprenait franchement rien au fait que la jeune fille devant elle semblait discuter avec ce personnage. De plus, les gens des allentousr passait a coter de lui et le voyait. Kassy n'y comprenant absolument rien restait planter la comme une idiote, ne parvenant pas a faire évolué sa déduction.
Ne parvenant pas a cerné le jeune homme, elle tourna son regard vers la fille qui lui semblait vaguement familiere.

- Toi... je t'ai déjà vu quelque part... murmura t-elle pour elle meme.

Elle avanca encore un peu, se rapprochant d'eux tout en réfléchissant de plus belle sur la nature de cet etre étrange et l'identité de la jeune fille. Elle ne semblait pas faire partie de la haute société. En fait, elle n'avait probablement rien a faire ici, vu sa tenue et son air trop timide. Lorsqu'elle fut suffisamment proche d'eux pour entendre ce qu'ils disaient, elle s'arreta, bousculé au meme moment par un homme au ventre proéminent.

- Dites donc, pouvez par faire un peu attention non? Marmona t-elle a l'adresse de l'homme qui s'éloignait déjà.

Elle soupira et reporta son attention sur le couple devant elle. "Qu'est-ce qu'il y a ? Le grand méchant loup ?" demanda alors la jeune fille a son drole de compagnon. Cette phrase, qui pouvait parraitre banale, acheva de convaincre Kassidy de l'étrangeté de la situation. Cette adolescente était elle au courant des étranges créature de Londre? Vu la tete du jeune homme, lui l'était, c'était certain.
_________________
~La chance n'est rien,
C'est le talent qui vous sauve la peau.~
Revenir en haut
              

Alessandro Valentini
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juin 2007
Messages: 122
Race: Vampire

Message Posté le : 17/04/2009 16:30:55    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

Elle était si charmante, sa petite Xylia, toute embarrassée par les regards qui se tournaient irrémédiablement vers eux. C’était compréhensible après tout… elle ne faisait pas partie des gens qui avaient intérêt à attirer l’attention sur eux… ni lui non plus d’ailleurs, en principe, mais pas plus troublé que ça, il se contenta d’un léger sourire à la réplique de la jeune fille. Boire un coup ?

« Allons, vous me vexez, » déplora t-il d’un ton pas plus vexé que ça. « Il ne faut pas abuser des bonnes choses et j’ai déjà bu mon comptant pour ce soir. » Rassurant, n’est-ce pas ? « Votre fraîcheur et votre répartie m’ont véritablement manqué ces derniers jours, croyez-le bien. Et comme je viens de vous le dire… ce n’est pas de moi dont vous devez vous méfier en ces lieux. »

Il avait un peu baissé le ton sur ces derniers mots, malgré tout, même si la foule autour d’eux s’était quelque peu dissipée. Pas assez cependant pour échapper aux petites mains agiles de Xylia, dont il suivit avec un certain amusement le mouvement pour piller le premier bourgeois venu. Impressionnant pour une humaine… S’il n’avait été un vampire, il aurait fait attention à ses poches. Mais entre temps l’homme au pistolet avait disparu de la place, simplement présent dans un petit coin de l’esprit d’Alessandro qui n’y prêtait lui-même plus vraiment attention. Il avait trouvé ce qu’il cherchait, lui, et ne se soucia de l’homme guère plus d’une seconde, le temps de deviner l’agitation farouche qui s’était faite autour de ce dernier. Il fronça un sourcil une micro-seconde, mais la question moqueuse de la jeune fille détourna son attention de l’inconnu. Grand méchant loup hein… Un sourire étira ses lèvres pâles.

« Par exemple. N’avez-vous jamais entendu parler des loups-garous ? » glissa t-il dans un murmure rêche, mortuaire, qui donnait une crédibilité dérangeante à ce genre de propos. « En attendant c’est plutôt votre ami l’alcoolique qui semble avoir des… »

Il se figea net. Non, ses sens ne l’avaient pas trompé, évidemment, et cette présence qu’il avait vaguement perçu un instant auparavant s’était renforcée, désagréablement… proche, suffisamment pour qu’il identifie sans mal le médium. Toujours mieux qu’un lycan certes… mais tout de même. L’individu se rapprochait encore, et son regard sombre se sépara de Xylia pour le considérer quelques secondes, perçant sans mal la foule éparse. Une jeune fille… une toute jeune fille débraillée, qui le fixait en retour et ne semblait pas avoir pleinement conscience de ce qu’elle voyait, laissant son esprit ouvert au tout venant. Il lui adressa plus ou moins un de ses sourires ambigus, mais se détourna bientôt, saisissant avec douceur et fermeté d’une main le bras de Xylia qu’il essaya d’entraîner à l’écart.

« … des ennuis. Si vous tenez vraiment à le rattraper, vous feriez mieux de faire vite, mais je ne vous le conseille pas… que diriez-vous que nous allions ailleurs ? »

Pas que la gamine semble bien dangereuse, mais il aimait sa tranquillité dans une certaine mesure et ne tenait pas à ce qu’un quelconque médium vienne se mêler de ses affaires, surtout pas sur la place publique. Avec un peu de chance Xylia ne verrait pas la jeune fille et le suivrait sans faire d’histoire. Quant à l’homme… Avait-il à se soucier de ce qu’il se fasse dépouiller ou non ? Il n’en savait trop rien finalement.
Revenir en haut
              

Kassidy Nolwen
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2009
Messages: 19
Localisation: La ou je ne devrais pas...
Race: Humain
Médium ?: Oui

Message Posté le : 22/04/2009 17:56:39    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

Il l'avait regardée, lui avait-il vraiment sourit? Cela semblait incroyable. Comment aurait-il pu deviner qu'elle...Bon, en fait, cela devait etre évident vu sa position et son regard fixé sur eux.
Sans vraiment y penser, Kassy suivit les deux jeunes personnes. Sans qu'elle ne s'en rende bien compte, ce jeune homme l'attirait étrangement a lui. Elle se mit a réfléchir sérieusement, repassant dans sa tete les conversations a voix basse, les bribes d'iformation qu'elle avait recueillies au fil du temps... Son commentaire sur les loups garou la laissait perplexe, il s'y connaissait dans le sujet, ce qui aurait été une raison suffisante pour le suivre, meme sans cet aura dérangeant. Soudain, tout lui revint dans un flash. Non pas a propos de cet homme inconnu, mais ces souvenirs en lien a cette petite voleuse. Elle l'avait rencontrée quelques temps auparavant alors qu'elle recherchait sa petite Lena dans les endroits les moins fréquentables de Londre. La jeune fille ne devait pas se souvenir d'elle, terrifiée comme elle était lorsque Kassidy l'avait appercue. Elle se souvenait clairement de cette soirée a présent, ce qui expliquait pourquoi le visage de cette voleuse lui semblait familier.

- Je savais bien que je l'avais déjà vu quelque part celle-la... marmonna t-elle sans y porter attention.

Par contre, elle ne s'expliquait toujours pas le jeune homme aux vetements débraillés, mais a l'allure noble. Il y avait quelque chose dans son attitude qui ne collait pas avec son allure générale... Ses yeux noirs détonnaient étrangement avec la blancheur de sa peau et ce détail lui semblait important sans qu'elle n'arrive a trouvé pourquoi.

*Bon, réfléchit vieille... un mort pas mort qui sent la non-existence a plein nez... Pale comme la mort... Mais visible par le commun des mortel...Mort...pas mort... non-existence... VAMPIRE?!? Mais qu'est-ce qu'il fou avec une pauvre voleuse au milieu d'une foule en début de soirée? Ca n'a aucun sens?!*

Alors qu'elle tirait ses conclusions de l'allure du désormais présumé vampire, elle ne regardait plus ou elle allait et se reprit juste a temps pour ne pas se cogner tete premiere sur une belle dame aux air élégant.
_________________
~La chance n'est rien,
C'est le talent qui vous sauve la peau.~
Revenir en haut
              

Francesca Abbatelli
Cantatrice

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mai 2007
Messages: 232
Localisation: À l'opéra
Race: Vampire
Médium ?: Non

Message Posté le : 22/04/2009 22:50:21    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

La pauvre Francesca avait dû quitter Soho à toute vitesse ce soir là [voir topic : fin de soirée], car elle y avait fait de biens malencontreuses rencontres. Par chance, la nuit était fraiche et l’astre brillant de la nuit, accroché sur l’édredon étoilé du ciel, rendait le chemin du retour un peu plus aisé à travers les ruelles tortueuses de Londres. La soirée, haute en couleur, avait fait passer la Belle par toute une gamme d’émotions. D’abord, le soulagement d’avoir échappé à un massacre tout en sauvant la vie d’une personne (ce qualificatif restait à confirmer) et enfin, un sentiment d’angoisse engendré par la découverte de sa véritable identité par cette même personne.

Préférant oublier cet épisode, elle avait donc quitté ces lieux sordides sans avoir trouvé ce qu’elle cherchait. En fait, elle ne savait pas vraiment ce qu’elle cherchait… Ou peut-être que si, mais elle ne voulait certainement pas se l’avouer. Soho n’est pas le quartier qu’elle a l’habitude de fréquenter. Par conséquent, elle avait plus de chance de passer inaperçue… Espérait-elle trouver quelques rats pour en faire son dinez, comme les soirs précédant, ou était-elle à la recherche d’une proie tout aussi chétive et facile, mais un peu plus… rassasiante? Oui, elle était bien insouciante, car ce quartier était très dangereux et elle aurait très bien pu ne jamais en revenir. La clientèle de ce genre d’endroit était très loin de ressembler au petit monde qu’elle connaissait à Covent Garden. Tout était sombre, sale et pestilentiel.

Arrivée près de l’horloge, son état s’était stabilisé. Elle avait passé de panique à un désintéressement total. En effet, son air mélancolique traduisait sans contredit ses sentiments les plus profonds. Sa démarche souple et délicate lui permettait de se fondre dans la masse et de se frayer un chemin parmi les quelques bourgeois qui passaient par là. Son capuchon abaissé juste au dessus de ses yeux lui permettait de ne pas se faire interpeller par un mélomane indiscret. Elle avançait tout de même d’un pas rapide, lança des regards furtifs devant elle.

Lorsqu’elle aperçut enfin un banc, elle pressa le pas pour se diriger vers lui. Elle n’avait qu’un désir, s’assoir et se reposer. Elle était plutôt distraite et ne vit pas la jeune fille qui s’approchait à sa droite. Cette dernière, par contre, s’était ravisée juste avant de provoquer une véritable collision. Francesca tourna à peine son regard vers l’adolescente et poursuivit son chemin.

Adossée contre le banc du parc, la demoiselle pris alors le temps d’observer les alentours. Quelques couples de bourgeois, quelques individus marchant seuls et… cet homme accompagnant cette jeune fille avec cette horrible bête orange. Ils avaient tout pour attirer l’attention décidément. Mais ce n’était pas cela qui l’intriguait principalement. Elle avait l’impression que cette silhouette lui était familière. Cette démarche, ces habits… Il était de dos et pourtant, elle était sûre d’avoir déjà vu cet homme quelque part. Or, il était trop loin pour qu’elle ne puisse valider ses soupçons. Peut-être s’approcherait-il dans sa direction…

_________________
La musique, c'est du bruit qui pense. Victor Hugo
Revenir en haut
              

Xylia Stark
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2008
Messages: 80
Localisation: Ici... ou là. Qui sait ?
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 24/04/2009 12:09:34    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

Chouette. C'est vrai que si le vampire vous dit que vous n'avez rien à craindre de lui, c'est que c'est vrai, non ? Quand le dogue qui peut vous croquer en deux vous suit comme un gentil petit toutou sans signe d'agressivité, le commun des mortels, en général, s'enfuit quand même.
Alors pourquoi elle ne le faisait pas ? Même elle se rendait compte que c'était curieux.
Elle haussa mentalement les épaule et décida qu'elle s'en moquait bien.

La question du vampire lui fit hausser le sourcil
"les loups-garous ? Quoi, eux aussi, ils...bah. Je vous ferais remarquer que je suis en train de discuter avec un vampire, que je vis dans la rue et me fait battre régulièrement, et qu'il faut bien mourir un jour. Et puis mourir déchiqueter par un loup, ma foi, ça n'aura pas arrivé qu'à moi. Enfin évidemment, je ne tiens pas particulièrement à me faire mâchouiller."
Puis elle chercha des yeux l'alcoolique en question. Petite, elle ne pouvait le distinguer entre les ombres mouvantes, mais elle se dirigea d'un pas ou deux vers la direction qu'avait observé son interlocuteur. Elle remarqua finalement le blanc que le "jeune" homme avait laissé dans sa phrase, visiblement alerté par quelque chose, et se retourna.

Elle se vit aussitôt entraîner par le bras et Alessandro, comme s'il lui cachait quelque chose. Cela lui piquait tellement la curiosité que, fait rare, elle ne recula pas de trois mètre en sentant un contact quelconque avec un homme. En fait, elle ne sentit même pas tout d'abord la main glacée autour de son bras.
Elle regardait en arrière, cherchant de ses yeux noirs l'objet de trouble du vampire.
Elle vit bien une fille qui lui était familière, mais ne voyait pas en quoi c'était une quelconque menace. Même, elle lui adressa un sourire de demi-connaissance, signifiant "on se connait, non ?", avant de céder plus ou moins à l'injonction du vampire.
Elle remit son chat, enfin calmé, sur son épaule. ( Il fixait d'un air qui se voulait mauvais le vampire, mais les caprices de la nature voulurent que sa demie-torpeur le rendisse totalement inutile )

"Ah çà mais ! Où vous voulez m'emmener ? Je n'ai pas encore de quoi manger ce soir, voyez-vous, et j'ai faim alors ça m'embêterai de ne pas manger
. (elle omit de dire qu'elle avait déjà sauté deux repas dans la journée. Bein quoi, l'aveugle là-bas avait sûrement bien plus faim qu'elle...) . Et puis il y a derrière une fille qu'il me semble connaitre, et pour l'instant aucune bêbête poilue ne s'est montrée pour terroriser les passants... et il faut vraiment que je pioche de quoi manger ce soir. "
Malgré tout, elle sentait qu'elle voulait le suivre. Etait-ce là un petit tour vampiresque ? Si c'était le cas, chapeau.
Tient tient... il y aurait bien un moyen de manger tout en partant...
Allez, aurait-elle assez de culot ? ... Sans hésiter, oui.

"Enfin, si vous m'invitiiez à manger, on pourrait s'entendre..." fit-elle avec un grand sourire presque innocent. Presque. Elle ne savait pourquoi, mais elle commençait à soupçonner quelque tour, quelque astuce, qui permettrait à Alessandro de lire dans ses pensées. Juste une intuition... Mais, et après ? Elle n'avait rien à cacher. Enfin si, mais lui, bien plus.
En tout cas, elle pouvait toujours essayer, non ?
_________________
I won't cry. Cause tears are diamonds and pearls, and I don't want to give them to people who don't deserve it.
Revenir en haut
              

Christopher M. Hewrey
Bedeau alcoolique

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2007
Messages: 52
Localisation: Dans une église ou une taverne
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 25/04/2009 19:55:06    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

"Bon sang, mais qu’est-ce qu’il a à s’exciter comme ça, cet abruti ??! ARRÊTE !!! Me fiche pas mal de devoir t’assommer s’il faut ! ALORS DU CALME !!!"

Mais Christopher n’avait pas l’intention de laisser cette bande de voleurs lui prendre ses armes. Il craignait aussi qu’ils repèrent les balles en argent, bien que celles-ci soient cachées dans la doublure. S’ils s’emparaient de ses pistolets, le bedeau craignait de ne pas pouvoir les remplacer. Il lui faudrait beaucoup d’argent et il avait tellement peu d’économies… Bon, il ne pouvait s’en prendre à lui-même, car l’alcool y était pour beaucoup. Pourtant, le problème restait le même : il devait échapper à ses agresseurs. Malheureusement…

"Hé, j’ai trouvé quèqu’chose d’intéressant là ! Alors on est soi-disant un bedeau, hein ? Et ça, c’est pour bénir les paroissiens ?"

Le bandit éclata d’un gros rire gras en brandissant l’un des pistolets de sa victime. Surpris, ses collègues relâchèrent légèrement leur étreinte sur leur prisonnier… Exactement ce qu’espérait Christopher. Le jeune homme se précipita en avant pour récupérer son arme. Surpris, son adversaire fit un bond sur le côté, mais le sol humide le déséquilibra. Il tendit les deux bras en avant, les agita dans le vide, avant de rejoindre brutalement le sol pavé. Dans sa chute, le pistolet lui échappa pour rebondir par terre. Sans se soucier de ses agresseurs, Christopher se jeta par terre pour s’en saisir. Mais l’un des bandits finit par réagir et tenta de lui arracher l’arme. Dans la lutte qui s’en suivit, un coup de feu partit, manquant de blesser l’un des hommes.

*Oh non… Moi qui voulait à tout prix éviter ça… Que va-t-il se passer à présent ?*

"Espèce de taré…" grogna celui qui l’avait fouillé. "Tu vas faire quoi maintenant ? Si on te saute tous dessus, tu crois vraiment avoir le temps de réagir ?"

"Je… Je ne crois pas que tes collègues veuillent courir un risque pareil… A moins que tu ne tentes ta chance en premier. Mais vu ta tête, je doute que tu y parviennes…"

Christopher serrait le pistolet d’une main très crispée, tandis que ses adversaires se regardaient pour savoir lequel d’entre eux oserait attaquer en premier. Cependant, le bedeau savait qu’il ne tiendrait pas longtemps ainsi, qu’il finirait par relâcher son attention. Et à ce moment-là…

*Ils attendent… Ils savent que le temps jouent pour eux… Mais s’ils peuvent m’attaquer à nouveau, ça se terminera très mal cette fois-ci.*

Depuis qu’il avait tiré, on pouvait entendre du brouhaha près du petit groupe. Les gens n’osaient pas s’approcher, mais plusieurs d’entre eux les regardaient d’un air méfiant. Soudain, quelqu’un cria que la police arrivait. Aussitôt, les voyous prirent leurs jambes à leur cou, sauf leur chef. Celui-ci sembla hésiter un instant, fixa Christopher d’un air furieux, avant de s’enfuir en courant.

"On se reverra !" lâcha-t-il avant de disparaître.

Le bedeau resta quelques secondes assis sur le sol, stupéfait de s’en sortir à si bon compte. D’un seul coup, toute la tension retomba. Le jeune homme se mit à trembler, sans pouvoir se retenir. Il se sentait terriblement fatigué… Il n’avait qu’une envie : trouver un bar où il pourrait boire toute la nuit pour oublier cette histoire. Mais pour commencer, il voulait retrouver la balle en argent qu’il avait perdu lors du coup de feu. Il se releva péniblement et fit quelques pas dans la direction où il avait tiré. Avec un peu de chance, la balle avait fini dans le mur d’une maison.
_________________
On ne peut vaincre le mal que par un autre mal.
Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur        

Francesca Abbatelli
Cantatrice

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mai 2007
Messages: 232
Localisation: À l'opéra
Race: Vampire
Médium ?: Non

Message Posté le : 26/04/2009 22:47:46    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

Francesca était parvenue à reprendre son souffle, mais son ventre la tiraillait toujours. Elle avait le tournis et craignait de ne pas réussir à se rendre jusque chez elle. Les formes autour d’elle devenaient plus floues, l’air plus pesant. Elle aurait bien pu demeurer dans cette torpeur encore un bon moment, mais soudainement, un coup de feu fendit l’air. Elle se redressa vivement sur son banc et tourna la tête en direction de la ruelle d’où provenait le bruit. Qui possédait une arme et à quelle fin cette balle avait été tirée? Était-ce dangereux? Devait-elle partir ou au contraire aller voir si quelqu’un était blessé?

Tous ses sens en alerte, elle se leva d’un bond et marcha d’un pas discret, mais rapide, vers cette ruelle qui avait attiré son attention. Cet événement semblait lui avoir fait oublier ce visage familier qu’elle n’était pas parvenue à identifier. Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’en se dirigeant dans cette direction, elle s’approchait aussi de lui.

Curieuse, cette femme au grand cœur ne pouvait faire fit de ce coup de feu. Elle devait s’assurer qu’il n’y avait pas de victime. Mais s’il y en avait une? Que pouvait-elle faire de toute façon? Serait-elle capable d’aider cette personne? Saurait-elle résister à la tentation du liquide écarlate alors que son ventre criait famine?

Et s’il n’y avait pas de victime, peut-être que le propriétaire de l’arme était toujours sur les lieux. Comment pouvait-elle croire qu’il ne retournerait pas cette arme contre elle alors qu’elle se pointerait là, toute seule dans la nuit comme un fantôme arrivant d’outre-tombe? Il est clair que, depuis sa transformation, la belle avait une bien drôle façon de raisonner… qui se résumait souvent par l’absence de raison. Elle était attirée malgré elle vers des choses qui en temps normal l’auraient fait partir au galop. Elle qui était si vivante, heureuse et posée était maintenant empreinte d’une humeur bilieuse. Sa grande générosité et sa sensibilité demeuraient toujours, mais on se demandait si elle agissait vraiment par pur altruisme désormais. Ses sens étaient troublés et sa raison tout autant.

Il était de toute façon trop tard pour changer d’idée. Ses pas résonnaient déjà sur le pavé de la sinistre ruelle. Dans cette demi-obscurité, elle devinait une forme accroupie. Elle ralentit ses pas jusqu’à une immobilisation totale. Elle fixait son regard vers ce qu’elle croyait un homme. Elle l’avait vu se relever, mais quand elle s’était approchée, la forme s’était elle aussi figée. Timidement, Francesca n’eut d’autres choix que d’expliquer sa présence à l'inconnu:

« Pardonnez-moi… J’ai entendu un coup de feu et… enfin, je ne sais pas à quoi j’ai pensé… je voulais juste m’assurer qu’il n’y avait personne de blessé… vous… vous allez bien? »

Elle avait si peur maintenant qu’elle réalisait qu’elle venait de se mettre dans de beaux draps. Bien emmitouflée dans sa cape, elle gardait ses distances, prête à partir s’il le fallait…

_________________
La musique, c'est du bruit qui pense. Victor Hugo
Revenir en haut
              

Kassidy Nolwen
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2009
Messages: 19
Localisation: La ou je ne devrais pas...
Race: Humain
Médium ?: Oui

Message Posté le : 28/05/2009 19:34:46    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

La jeune fille avait été étrangement troublée par ce demi regard que la dame lui avait jetée. Il se dégageait d'elle la meme aura étrange qui entourait le jeune homme. La voleuse, un peu étourdit par autant de sensation étrange n'y comprenait rien, c'était a peine si elle pouvait réfléchir. Elle dut se retenir pour ne pas se ficher une claque afin de se reprendre et se mordit la levres a pleine dent plutot. Elle leva les yeux, hésita une seconde entre la dame et le drole de couple. Elle semblait perdue cette Dame... Kassy s'arreta un moment devant le banc ou elle avait trouvé refuge, décidément, cette fille n'allait pas bien. Puis, la voleuse retourna le regard en direction du jeune couple qui s'éloignait rapidement. Elle hésita encore un instant... Mais au meme moment un coup de tonnerre troubla le murmure de la place.

Elle sursauta en reconnaissant le son d'un coup de feu et vie la jeune et riche demoiselle se leva pour se diriger vers l'endroit d'ou on avait tirer. Maudissant sa curiosité ,qui l'avait mainte fois mis dans des pausitions embarrassantes, Kassy suivit la jeune femme vers la scene d'ou quelques curieux se rapprochait. Elle se fraya un chemin parmi les bourgeois en maugréant a mis voie des propos pas tres convenables.

En arrivant devant la ruelle, elle sursauta, manquant de s'étouffer avec l'air qu'elle venait d'absorber. Mais qu'est-ce qu'elle foutait la cette fille? Elle ne pensait donc jamais avant d'agir?

*Elle est morte. Si ce mec a toujours un flingue, elle est morte. A merde que les gens sont cons...*
Ne put-elle s'empecher de penser devant la stupidité flagrante de cette jeune bourgeoise.

Figée au devant du groupe de curieux, restant tout de meme a une distance respectable des deux étrangers dans l'ombre, elle ne pouvait se résigner a s'en retourner, elle était trop curieuse de ce qui allait se passer a la suite de cette drole de rencontre...
_________________
~La chance n'est rien,
C'est le talent qui vous sauve la peau.~
Revenir en haut
              

Christopher M. Hewrey
Bedeau alcoolique

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2007
Messages: 52
Localisation: Dans une église ou une taverne
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 02/06/2009 01:57:17    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

Christopher avait commencé à traverser la rue, mais il s’arrêta quand il vit une autre forme apparaître. Encore un bandit ? Le bedeau faillit retourner le pistolet vers l’inconnu… Mais il baissa son arme quand il comprit qu’il s’agissait d’une jeune femme. A première vue, cette dernière ne ressemblait pas du tout aux créatures qui peuplaient ce quartier. Peut-être était-elle venue par ici à la recherche du grand frisson, ou s’était-elle perdue lors d’une promenade. Quoi qu’il en soit, Christopher ne pouvait pas la laisser ici toute seule. Il avait beau être un alcoolique ne se souciant que de religion et de chasse au loup-garou, il aurait éprouvé quelques scrupules à abandonner un être en apparence innocent à la faune qui hantait cet endroit.

"Je vous prie de m’excuser, mademoiselle…" répondit-il d’une voix légèrement tremblante. "Je ne souhaitais pas vous effrayer."

Le jeune homme fit disparaître son arme dans une poche intérieure, avant de s’approcher de l’inconnue. Il marchait lentement pour ne pas l’effrayer, pour ne pas qu’elle croie qu’il voulait s’en prendre à elle. En effet, elle pouvait facilement s’éloigner si elle préférait qu’il reste à une certaine distance.

"Je dois reconnaître que c’est bien moi qui ai tiré. Je suis un bedeau et je venais rendre visite à l’un des paroissiens de l’église dont je suis chargé… Malheureusement, des malandrins m’ont attaqué en chemin. Pour éviter qu’ils ne m’agressent, j’ai tiré un coup de feu en l’air pour les effrayer. Par chance, cela a suffi pour qu’ils s’enfuient… Je n’aime pas agir ainsi, mais je n’ai vraiment pas eu le choix cette fois-ci."

Bien sûr, il s’agissait d’un mensonge, car Christopher n’avait aucune autre explication valable à donner pour expliquer sa présence en ces lieux. Comme il ne voulait pas attirer l’attention, il devait dissimuler la vérité.

"Et vous, mademoiselle, avez-vous besoin d’aide ? Je m’en voudrais de me mêler de ce qui ne me regarde pas… Cependant, une jeune dame comme vous ne devrait pas se trouver dans un quartier pareil en pleine nuit ? Peut-être serait-il plus prudent que je vous raccompagne en un endroit mieux fréquenté…"

*D’ailleurs, je crois que j’y resterai aussi, tant pis pour la balle. J’en ai marre de courir après un loup-garou qui n’existe pas et je me sens fatigué… J’aurais bien besoin de quelques verres d’eau-de-vie pour me remettre…*

Etait-ce le froid, l’émotion causée par le danger ou le manque d’alcool ? Toujours est-il que Christopher avait bien du mal à cacher le tremblement de sa voix ou de ses mains. D’ailleurs, il préféra garder celles-ci sous son manteau, le temps qu’il se calme. D’un air anxieux, il regarda autour de lui, pour être sûr qu’aucun malfaisant ne leur saute dessus à l’improviste.

"Oui…" murmura-t-il plus pour lui que pour sa compagne. "Il ne faut plus traîner par ici… On ne sait jamais quelles horreurs peuvent se produire dans ces quartiers sinistres…"
_________________
On ne peut vaincre le mal que par un autre mal.
Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur        

Alessandro Valentini
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juin 2007
Messages: 122
Race: Vampire

Message Posté le : 02/06/2009 13:18:40    Sujet du message : A la recherche du croc perdu Répondre en citant

Bon, l’autre jeune fille s’était éloignée. Pas plus mal... N’écoutant qu’à moitié, il faut bien l’avouer, la tirade de Xylia sur la fatalité de la mort, il la suivit quelques secondes des yeux au milieu de la foule, alors que la médium, qui avait croisé son regard un bref instant, semblait faire mine de s’éloigner. Par crainte ou pour chercher du renfort ? Sandro ne tenait pas des masses à croiser un exorciste ce soir. Le dernier qu’il avait rencontré était une sorte de géant qui se disait prêtre et qui lui avait sacrément donné du fil à retordre. En fait c’était lui qui avait dû fuir le plus vite possible pour éviter de finir... purifié. Ces hommes sont hermétiques à toute discussion...
Mais trêve de blabla ! Perdu dans ses pensées, le vampire laissa pourtant échapper un petit rire tardif et sinistre en réponse à l’une des paroles de la voleuse. Il faut bien mourir un jour ?

« Ca dépend, » se contenta-t-il de relever avec un soupçon d’ironie, avant d’entraîner lentement la jeune fille, qui finalement ne résistait pas plus que ça. Mais alors qu’il se détournait, son regard chercha une dernière fois la silhouette de la médium, qu’il trouva rapidement aux côtés d’une grande femme aux airs raffinés et au visage dissimulé. Vampire, sauf si son instinct le trompait... Mais quelque chose d’autre, une seconde, le troubla tandis qu’il considérait la femme, sans qu’il puisse mettre le doigt dessus. Il décida de ne pas y prêter attention pour l’instant. Xylia retenait son attention par ses paroles.

Il la regarda fixement tandis qu’elle s’admonestait, d’abord sans réaction, puis lentement le petit sourire en coin typique réapparut sur ses lèvres tandis qu’il marchait toujours. Manger, eh oui tout le monde se souciait de nourritures, chacun à sa façon, mais il y avait aussi d’autres affaires un peu plus importantes, parfois. Du genre... La proposition de la petite voleuse coupa net ses réflexions, et bien qu’il l’ait sentie approcher doucement de ce raisonnement à mesure qu’elle parlait, il fut presque surpris, laissant échapper un rire qui aurait pu paraître joyeux s’il n’avait été si étrange.

« C’était plus ou moins prévu. » lâcha t-il sans se mouiller. « Nous aurions l’air quelque peu déplacé dans un restaurant, alors il faudra se contenter d’un café plus modeste, qu’en dites-vous ? »

C’était étrange de parler de choses qui semblaient si bénignes dans cette atmosphère, mais du moins s’étaient-ils éloignés progressivement de la médium et de la place. Enfin, il le pensa. Puis un coup de feu retentit, arrachant des exclamations à plusieurs personnes sur la place et un croâssement aux corbeaux de Big Ben. Cela venait de la direction empruntée par l’homme que suivait Xylia. Alessandro se retourna, juste à temps pour voir la silhouette d’une certaine femme encapuchonnée traverser la place en courant, laissant brièvement un rayon de lune effleurer son visage couvert. Il se figea.

... Francesca ? C’était impossible, la Francesca qu’il avait croisée un soir de pluie n’était pas un vampire... Un mélange de colère et de trouble monta en lui, qu’il étouffa rapidement, mais il s’était arrêté net, partagé entre la volonté de poursuivre son chemin et de suivre la silhouette de la femme disparue dans la ruelle. Devrait-il laisser cette affaire de côté et repartir à sa recherche un peu plus tard ?
Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : 21/09/2017 02:22:14    Sujet du message : A la recherche du croc perdu

Revenir en haut
              

   Enosh Index du Forum .::. Big Ben
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  


Xooit.com :: Top Forums


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.