Enosh
1819 - Londres, partagée entre le mysticisme et le développement galopant de la technologie...
 
 FAQFAQ  Le site   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Henri Baxter
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Enosh Index du Forum  .::. Enosh - Partie Hors Jeu  .::. Nouveaux membres

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Henri Baxter
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2008
Messages: 1
Race: Vampire

Message Posté le : 31/12/2008 13:36:58    Sujet du message : Henri Baxter Répondre en citant

Nom : Baxter
Prénom : Henri
Age : 265 ans
Sexe : masculin
Race : vampire
Métier : Assassin, créature de la nuit pillant ses victimes afin de s’assurer des rentes régulières et de vivre ainsi sur une petit fortune.

Clan : Henri Baxter chasse depuis plus de deux siècles en solitaire, ce n’est pas aujourd’hui que ça va changer.

Famille : La ligné des Baxter est aujourd’hui éteinte, mais à l’époque où Henri était encore vivant, elle faisait parler d’elle pour la petite cordonnerie de Fleet Sreet que possédait Charles Baxter, père d’Henri et marié à Amanda Cunningham. La boutique marchait plutôt bien, mais elle fit faillite à la mort du père Baxter, Henri étant officiellement mort.

Histoire : Nous disions donc que le plus très jeune Henri Baxter est né de Charles et d’Amanda Baxter, couple de cordonnier dans la ville de Londres et marié en 1553.

Dés sont plus jeune âge, Henri aimait à se promener dans les rues de Londres. Il n’alla pas à l’école pour la simple et bonne raison que ses parents n’avaient pas de quoi lui payer l’inscription. Il passa donc son enfance à aider son père. Il consacrait ses rares temps libres à fureter par-ci par là, en quête de savoir. Un jour, alors qu’il allait sur ses 9 ans, il fit la connaissance d’un vieux prêtre appelé par tous Père Thomas, un homme d’Eglise qui le prit en affection et qui lui appris à lire et à écrire. Henri profita alors de ses rares pauses pour rendre visite au vieil homme d’Eglise qui se morfondait dans la solitude.

Ainsi passèrent les années, Henri devint vite savant et avec l’aide du vieux père Thomas, il entra dans un internat dont l’entrée fut payée par la paroisse à la demande du mentor d’Henri Baxter. Il avait alors 12 ans.

Le jour de ses 21 ans, enfin il quitta l’internat, dans lequel il avait été le meilleur élève de son année avant de travailler quelques temps comme homme à tout faire. Il n’avait put revoir ses parents depuis quatre ans car chaque week-end, chaque vacance, il les passait auprès du vieux père Thomas que les années faisaient s’approcher inévitablement du jour de sa mort et qui ne pouvait plus vivre sans l'aide du jeune homme. Henri alla donc rendre visite à son père et à sa mère dans leur boutique de Fleet Street. Mais lorsqu’il y arriva, il fut surpris de ne voir personne, la porte et les volets étaient fermés et aucun bruit n’émanait de la maison. Henri alla alors trouver un voisin de longue date qui l’avait connu enfant. L’homme fut content de revoir Henri et lui annonça que ses parents avaient dut quitter leur domicile. Henri fut surpris d’apprendre que durant près de trois ans, le couple Baxter s’était plein d’avoir à souffrir les caprices d’un inconnu qui avait élu domicile chez eux. C’était du moins ce que disaient les parents d’Henri car jamais personne ne l’avait vu et Charles prétendait que l’homme ne sortait que la nuit venue. De nombreux témoins disaient cependant que les parents Baxter paraissaient fatigués et vieillit. Le couple fut prit pour fou et quitta le quartier, laissant la maison à leur « invité ».

Dépité, et sachant que ses parents n’étaient pas fous, Henri se rendit chez son ami le père Thomas. Mais il avait été devancé par l’inconnu qui avait élu domicile chez ses parents. Lors qu’il entra, Henri trouva la pièce dans le noir et une odeur fétide s’en dégageait. Allumant une chandelle, il découvrit l’horrible spectacle qui l’attendait. Les murs suintaient et la poussière avait gagné les moindres coins de la pièce. Au milieu du salon, sur un vieux tapis rapé et décoloré gisait mort le corps du père Thomas, vidé de son sang. Henri prit la fuite mais déjà le soleil déclinait dans le ciel. Henri couru le plus vite qu’il put car il sentait qu'il était suivit. Mais il ne put diserner avec précision son poursuivant dans l’obscurité de la nuit qui à présent était totalement tombée. Il se retrouva alors coincé au fond d'une impasse. Il se retourna lentement et discerna une silhouette drapée de riches étoffes s’avancer vers lui. Et puis ces mains, ces mains douces comme la nacre et de la couleur du marbre, ces mains froides et pourtant si tendre. Ces mains fortes et irréelles l’emprisonnèrent dans un étau si doux et pourtant si solide. La créature planta alors ses crocs dans le cou de Henri et le jeune homme sentit la vie le quitter. Il tenta de se débattre, mais l’emprise qu’avait sur lui la créature ne lui permettait aucun geste. La vue du jeune homme se brouilla et bientôt, il n’entendit plus que le souffle chaud de son assassin. Puis, il tomba sur le sol, à la limite de la mort. Il avait perdu conscience et attendait inconsciemment l’heure du jugement dernier. Mais la créature en avait décidé autrement. Ce liquide, si chaud, si sucré qui coulait à présent entre ses lèvres. Dans un spasme de douleur, Henri saisit le cou de la créature des ténèbres et bu. Il sentait le battement de son cœur, celui du cœur de son assassin. Tout deux battaient en symbiose, et ces rêves, doux et délicieux. Cela sembla durer une éternité. De nouveau le Vampire but son sang, et une fois de plus Henri goûta à celui du Vampire. Chaque fois, cette saveur nouvelle emplissait Henri de joie. Puis, il sombra dans le noir.

Lorsqu’il se réveilla, Henri était étendu sur un lit, tendre et chaud. La couverture en satin lui caressait la paume de la main. Henri ouvrit les yeux et vit au dessus de lui de riches moulures, un plafond somptueux. Il se leva alors lentement et vit devant une glace, une forme de toute beauté. La créature se retourna et regarda de ses yeux verts le jeune homme qui mourait à petit feu. Henri ne fit pas attention à la beauté de ses traits fins, de son visage de nacre et de sa petite bouche imbibée de sang. Pas plus aux petits crocs qui apparurent le temps d’un instant lorsque la créature sourit. Il était captivé par le reflet que renvoyait le miroir, son reflet. Devant lui se tenait assis sur un lit un incrédule personnage, aux cheveux de platines et aux yeux couleur ambre. La peau du jeune homme était trop pâle pour être naturelle ses mains aux ongles semblable à du verre couraient sur le visage, en tâtant chaque détail, chaque trait. Henri se leva et poussa un cri, il était devenu une de ces créatures de légende, dont les enfants entendant les histoires. Il était devenu un buveur de sang.

Depuis ce jour là, la peau de Henri est devenu totalement blanche, telle la craie, et ses sens se sont développés. Il sait sentir l’odeur du sang à plusieurs centaines de mètres, voir dans l’obscurité aussi bien que dans la lumière, et se déplacer sans bruit et si vite que l’œil humain ne peut le voir. Il est également capable de passer un immeuble de cinq étages en un saut et de voler. Et ne parlons pas de sa force, décuplé qui lui permet de briser le coup d’un humain si il ne prend pas garde.

Caractère : Henri est aujourd’hui un vampire posé, n’étant pas pour autant un modèle de gentillesse, il peut parfois s’emporter de telle façon qu’il est alors totalement incontrôlable et il devient dangereux de se retrouver à côté de lui. Aimant la richesse et le luxe, il ne supporte plus les ignares et se montre sans scrupules faces aux jeunes vampires trop arrogant à son goût. Il est lui-même imbu de sa personnalité et pense que ses 200 ans passés lui offres des privilèges auxquelles n’ont pas le droit les autres. Il se permet ainsi tout et n’importe quoi alors qu’il blâme les autres qui tenteraient de l’imiter. C’est d’ailleurs en partit pour ça qu’Henri chasse seul, car il ne supporte que très peut la présence de ses congénère buveurs de sang.

Description physique : Vampire de taille moyenne, Henri a la peau de nacre comme tous ses congénères mais revêt pourtant un teint de bébé lorsqu’il a but suffisamment de sang. Ses yeux d’ambres et sa voix chantante lui confèrent un air irréel et angélique, mais attention à lui, car ses puissantes mains, ses ongles de verre ou encore ses crocs font de lui un tueur implacable. Toujours vêtu des plus beaux costumes qu’il soit, et sur mesure en plus de ça, il est des plus élégants habitants de Londres et il aime à se mêler à la foule lors d’un bal ou d’une soirée costumée, cherchant parmi les convives sa proie et s’abreuvant de son sang une fois l’heure des adieux venu.

Particularités : Henri est un vampire on ne peut plus normal si cela est possible. Il garde pourtant le crucifix de son vieil ami le Père Thomas autour du coup comme avertissement. « Je ne suis la créature de personne, ni de Dieu dont je porte l’insigne, ni du Diable dont je porte la damnation éternelle.
Comment avez vous découvert le forum? : Par total hasard, bien que j’ai cherché il est vrai un forum, sans quoi je ne serais jamais arrivé ici.
Avatar : Heu… ça vient d’un site que j’affectionne tout particulièrement, mais alors les détails me sont inconnus.

Vulnérabilités acceptées par le joueur : Etant donné que ses blessures se soignent d’elles même, je dirais que les seules faiblesses d'Henri sont les faiblesses communes à tous les Vampires. En revanche je n'accépterais pas les amputations, d'une ce n'est pas pratique d'avoir un vampire manchot, deux Henri perdrait tout son charme
Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : 31/12/2008 13:36:58    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

   Enosh Index du Forum .::. Nouveaux membres
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  


Xooit.com :: Top Forums


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.