Enosh
1819 - Londres, partagée entre le mysticisme et le développement galopant de la technologie...
 
 FAQFAQ  Le site   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Lady Elianor Silverlight
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Enosh Index du Forum  .::. Enosh - Partie Hors Jeu  .::. Nouveaux membres

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Lady Elianor Silverlight
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2008
Messages: 1
Race: Vampire
Médium ?: Non

Message Posté le : 25/08/2008 14:00:06    Sujet du message : Lady Elianor Silverlight Répondre en citant

Nom : Silverlight
Prénom : Elianor
Age : d’apparence on lui donne entre treize et quatorze ans, voire moins.

Sexe : féminin
Race : Vampire
Métier : Elle n’exerce pas réellement de profession, sachant qu’elle n’en a pas l’utilité, ayan amassé aux cours des ans une immense fortune, la mettant à l’abri du besoin, lui permettant ainsi de se livrer à ses folies exubérantes et de profiter des joies de l’opéra, du théâtre...dont elle raffole. Cependant, elle n ‘hésite pas à se rendre utile à la libraire de Ams, d’assister le docteur Stram dans ses recherches ainsi que ses opérations, elle prend aussi un malin plaisir à déranger sans cesse Gram et à l’emmener de forces dans les salons, le jeune homme se répandant en invectives sous le rire cristallin d’Elianor. (Ams, Stram, Gram sont évidemment des noms de codes...)


Clan : aucune appartenance à un clan,même si elle est très liée à ses fidèles Ams, Stram, Gram...
Famille : toute parenté décédée (depuis bien longtemps d'ailleurs...)
Histoire : Son histoire, reste obscure, et n’est connue d’une seule personne, un personnage à la fois doux et étrange, au sourire délicieux, aux manières exquises empreintes de mélancolies. Il ne s’agit en effet, du seul être auquel la frêle Elianor Silverlight se serai confiée. Une nuit d’hiver, assise devant l’âtre accueillante , Elianor se serai livrée pour la première fois à ce certain Edelweiss Sweet dénommé Ams. Et, se rappelant cette nuit enneigée, où le vent semblait frapper les fenêtres dans l’espoir d’atteindre la Vampire aux allures de gamine effrontée, Ams se pencha vers son interlocuteur : lecteur vêtu de cape. S’asseyant nonchalamment au creux d’un imposant fauteuil, remettant en place un bandeau noir cachant un oeil borgne, allumant sa pipe, il conta l’histoire qui lui avait était transmise. Semblant apparaître, puis disparaître au grés des volutes ambrées, serons ici livrées les bribes de son récit :

L’inconnu auquel les événement son contés, voit apparaître, au son des mots sucrés, un décor d’une ville en pleine effervescence, début Renaissance. C’est ici que tout commença. Ses parents, s’y étaient installés depuis peu. Elle était née à Venise, ville natale de son père : un homme un peu rustre, mais plein de bonté, de joie et au rire chantant. Cependant ce peintre réputé était toujours prêt à réparer la charpente d’un voisin, aimant l’effort physique, redoutant par dessus tout l’ennui. C’est ce cœur d’or, son imposante stature à faire taire les commères d’un seul regard qui malgré les réticences de son entourages décida de prendre pour femme une étrangère : une anglaise, de surcroît à la réputation de sorcière. Sans savoir, en épousant cette beauté ensorcelante, il s’attira rapidement les foudres des habitants, de ses amis, le maudissant bientôt lui et sa créature des enfers.... Au début tout allait bien , ils ouvrirent une petite échoppe leur apportant un revenu des plus convenable . Rapidement, naquit un joli poupon. Cédant aux supplications de la mère, ils la nommèrent Elianor. Hors, cette enfant sembla être une malédiction de plus sur la petite famille. Coppélia, la mère d’Elianor l’éleva du mieux quelle put, étant instruite car provenant d’une famille bourgeoise, elle donna rapidement à la gamine le goût de la lecture, de l’imaginaire. « Le meilleur moyen de survivre dans ce monde, c’est de rêver...De partir vers une contée imaginaire dans les moments les plus insoutenables. C’est ma vérité, garde la, applique la ma chérie...car ce de mon sang ne vivent pas longtemps. » Soupirait t’elle en berçant Elianor , la protégeant dans ce cocoon plein de beauté qu’elles c’étaient crées. Coppélia, lui apprenait aussi a concocter des remèdes, lui livrant un peu de son savoir .A cette époque les ennuis ne faisait que commencer. Ce fut d’abord des menaces, des regards hostiles des habitants, des actes de vandalismes, qui n’effrayèrent point la « sorcière » car son mari Lélio n’avait de cesse de la protéger. Puis cela alla plus loin, commença par un acte cruel d’un gamin du coin. Elianor avait alors dix ans. Elle revenait chez elle, ayan fait quelques emplettes, chantonnant gaiement, l’esprit insouciant. Tout se passa très vite, elle vit un gamin à peine plus âgé fondre sur elle tel un oiseau de proie. Avec rage, il la jeta à terre, sa vue se résuma ensuite à la luzerne bientôt tachée de rouge. Le gamin, faisait pleuvoir les coups sur son dos, lui interdisant le moindre geste , la battant avec frénésie :
« Sorcière ! sorcière ! Sorcière » Il hurlait tel un dément avant de lui cracher à la figure :
« Sorcière, c’est à cause de toi que ma mère est morte ! Va périr en enfer, toi et les tiens ! »
Comme mû par une douleur sans doute due aux souvenirs de sa mère, il cessa un instant de la maintenir en captivité. Profitant de cette aubaine, elle se releva d’un bond malgré son dos meurtri mais moins que ne l’était son esprit. Elle exécuta le « coup des situations d’urgence, l’ennemi tombe alors à terre, c’est sensible... »lui disait sa mère en riant, un soir où elle lui donna quelques petits principes de défense. Fort heureusement, son logis n’était pas loin de là , elle y parvint donc en courrant avant de s’écrouler. Elianor, fut de longs jours secouée de fortes fièvres, ses blessures mettant du temps à ce cicatriser. Cependant un malheur n’arrive jamais seul, mais cette fois il ne vint pas des habitants, ni d’un quelconque humain, non cette fois c’était beaucoup plus terrifiant. Elianor, remise de ses blessures, mais pas de l’acte de violence gratuite, était tranquillement en train de lire à la lueur d’une bougie , lorsqu’une ombre effrayante se dessina, passant par la fenêtre. Elle eut le réflexe , de se retourner, de saisir une petite dague, évitant habilement le nouvel arrivant qui émit un rire cruel :
« tu ne m’aura jamais ainsi...je suis au delà de ce que tu peux imaginer. Mais n’aie crainte je ne te ferai aucun mal... » susurra t’il. Elianor méfiante, le tenait toujours en joue. Elle était consciente de son impuissance, mais dans ses yeux ne se lisait aucune peur. Elle ressentait à la fois de la répulsion, et de l’attirance pour cet être sublime, encore jeune et aux traits parfaits. Il souleva le visage hautain d’Elianor effleurant sa peau satinée, pouvant broyer ce joli minois d’un seul geste de la main. Ce soir là, elle obtient la fin des souffrances de sa familles, il lui promit la fin des persécutions des habitants ainsi qu’une paix certaine, en échange il réclamait la sienne de vie , prêt de lui pour l’éternité. Intuitivement sûre de ses pouvoirs, elle acquiesça. Elle dut néanmoins fournir une preuve de sa volonté, cette preuve était l’émeraude de son oeil droit. Sans un cris, elle lui tendit ce qu’il désirait, alors qu’il léchait avec un rire de ravissement le sang coulant sur les mains souillées de l’enfant.
Il s’échappa, l’aurore approchant. Elianor s’enferma, attendant le retour de l’être de nuit. Fidèle à sa promesse, il revint. La lune rousse veillant, la métamorphose d’Elianor s’accomplit, le rituel du sang eu lieu à la lueur des chandelles, alors qu’elle devenait poupée immortelle entre les mains de l’homme au charmes ténébreux. Puis, il se saisit d’elle, l’emportant en se blottissant dans la cape de la nuit, alors qu’horrifiée Elianor voyait sa demeure en flamme. Oui, il avait promit la fin des souffrances de sa familles...Il se riait tout en s’attendrissant de la détresse d’Elianor à présent prisonnière de ses griffes.
Ams s’arrêta , inspirant une bouffée de fumée blanchâtre à l’égal de son visage d’ivoire : « Elle c’est Vengée, se libérant de son emprise, peut de temps après. Ne me demandez pas comment, entre nous, il y a de nombreux moyens d’anéantir un Vampire...Elle n’a jamais daigné me raconter comment cela c’était passé. Elle n’avait pu s’empêcher de l’aimer. » déclara t’il avec une pointe d’amertume avant de reprendre.
Elle a ensuite passé un temps qui vous paraîtrez infiniment longs mais qui pour nous n’est que bagatelle, au sein de la capitale Anglaise. Elle y demeure toujours. Elle s’y est entichée de trois jeunes mortels, qui sont rapidement devenus ses calices. J’en fais moi même partie voyez vous...on nous désigne plus communément sous les sobriquets de : Ams ,Stram, Gram... Bien évidemment ce sont des noms de codes. Cette délicieuse Elianor, en a fait des gardes du corps, tueurs à sa solde, dissimulés derrière une apparence respectable. Nul ne peut lui résister , moi même je suis empiété dans ses tendres filets , de plus elle à prit l’œil d’un de ses calices pour remplacer le sien... La voilà avec deux superbes yeux émeraudes dont l’un m’appartiens, mais vous devez savoir que c’est une joie pour moi de la voir toujours avec une partie de moi... De nombreuses rumeurs courent sur sa personne, mais rare sont les vivants qui savent la vérité. On dit qu'elle est jeune noble, aux parents décédés dont les seuls proches seraient les trois jeunes hommes qui l'accompagnent...Cette fille aime le pouvoir, comme elle n’aimera jamais personne, elle ferait tout pour percer les secrets des puissantes organisations. Elle est pure à l’âme noire, elle nous emporte dans les bas fond de Londres, puis réapparaît aux yeux du monde comme une noble distinguée. Il ne faut jamais la provoquer, car on n’en ressort pas vivant...comme vous n’en ressortirait pas de cette maison... » Tout sourire, le regard plein de douceur, il sortit de la poche de sa veste un revolver en argent gravé qu’il pointa avec un air angélique vers l’inconnu auquel il venait de conter l’histoire.
« Je suis si distrait, et j’aime tant parler...c’est si dommage, maintenant que vous en savez trop, je me dois de vous éliminer au plus vite. Ne paniquez pas mon cher, la mort vous ira si bien »
Sourire carnassier. Flamme vacillante . La bougie est soufflée. Les ténèbres ont repris leurs droits...


Caractère : Elianor, est élégante, distinguée aux manières parfaites dans la haute société. Tous rêvent qu’elle ne leur accorde ne serai-ce qu’une seule danse, ne fusse la dernière. Espiègle, rieuse, légèrement moqueuse au rire cristallin elle se plaît à tromper de ses sourires adorables de ses grands yeux brillants. Elle sait cependant se montrer cruelle, ignoble jouant son pitié avec la vie des autres comme ont c’est jouée de la sienne quand elle était encore humaine. Elle possède ce charme ensorcelant, affriolants exerçant une fascination malsaine sur la gente humaine. Combien, d’eux ont sombré dans la folie ? Il est impossible de les compter...Elle est d’ailleurs elle même une démente des plus raisonnée...

Description physique : Elianor, possède une sublime chevelure châtain aux multiples reflets dorés , souvent coiffés en anglaises retenus par des rubans ou recouvert d'un élégant chapeau. Ses grands yeux taillés d’émeraudes, eux ,sont l’héritage de sa mère Coppélia, elle les dissimule de temps à autre derrière des petites lunettes rondes aux verres teintés penchant vers le violet. Sa peau est laiteuse, douce, ses mains diaphanes recouvertes de manches à dentelles serrées. Frêle, elle semble faite de porcelaine, son attendrissant minois renforçant cette impression. Ses joues délicatement rougies, ses lèvres carmin tranchant avec son teints la mettent d’autant plus en valeur. Elle porte de longues robes à la mode du dix-neuvième, principalement rouges, noires parfois d’un bleu nuit. Une paire de gants lui sont indispensables, ainsi que son violon qu’elle emmène partout avec elle. Jouant autant de concertos aux réceptions que sur les toits des imposants bâtiments de la ville...




Particularités : aucune
Comment avez vous découvert le forum? : sur le forum de Kejhia
Avatar :

Vulnérabilités acceptées par le joueur : tant que l'on ne mutile pas le joli visage d'Elianor....
_________________
"En tout climat, sous le soleil; la Mort t'admire
En tes contorsions, risible Humanité
Et souvent, comme toi, se parfumant de myrrhe
Mêle son ironie à ton insanité"
(Baudelaire)
Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : 25/08/2008 14:00:06    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

   Enosh Index du Forum .::. Nouveaux membres
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  


Xooit.com :: Top Forums


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.