Enosh
1819 - Londres, partagée entre le mysticisme et le développement galopant de la technologie...
 
 FAQFAQ  Le site   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Déguisements mondains... ?
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Enosh Index du Forum  .::. Londres Intra- Muros  .::. Covent Garden

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Xylia Stark
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2008
Messages: 80
Localisation: Ici... ou là. Qui sait ?
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 09/06/2008 18:35:30    Sujet du message : Déguisements mondains... ? Répondre en citant

Se laissant aller contre une colonne de l'Opéra, Xylia se demanda un fois de plus si elle n'était pas folle.
Mademoiselle, voleuse des sentiers, brigande des bacs à sables, avait des goûts de riches ! Oui, de riches !
Xylia se massa les tempes, tentant de se rappeler ce qu'elle fichait là.
C'était simple, en vérité.

Le matin, elle s'était rendue chez son amie qui lui fournissait de l'alcool, histoire de se remettre de ses émotions, comme elle l'avait expliqué. Elle avait prétendu s'être fait agressée lorsqu'elle passait malencontreusement dans le quartier de Soho, pour "affaires" ( ce qui signifiait simplement qu'elle avait aperçu quelqu'un qui sentait l'argent à des lieue et elle s'en serait voulu d'avoir manqué pareille occasion. Mais voilà, sa victime présumée s'était révélée plus... entreprenante... enfin, elle s'en tirait avec un mal de pied énorme d'avoir trop tapé l'insolent ).
Et donc, ayant expliqué cela et pleurant à moitié ( elle le faisait à la perfection... ), Son amie l'avait gracieusement laissée entrer.
Il faut dire, dans un quartier bourgeois, une fille en haillon qui pleure dans vos bras sur le pallier, ça fait mauvais effet.
« Ecoute, Xylia, je crois que tu ne pourras pas te.. enfin, je ne peux pas te laisser te saouler chez moi aujourd'hui.»
Aujourd'hui... ça voulait dire qu'il se passait quelque chose.
« Pourquoi ? » avait demandé Xylia.
« Je... on... on m'a invité à l'Opéra ce soir. » avait répondu évasivement son amie.
On est un pronom indéfini qui ne défini que l'imbécile qui l'emploie. Mais ici, on signifiait "Elle"
Enfin bon, Xylia n'allait pas s'épancher sur les penchants de son amie non plus.
« Ecouter quoi ? »
« Un concerto italien de violon. »
"Violon". "Violon". "Violon". Le mot avait comme résonné dans la tête de Xylia.
Soudain, agrippant son amie :
« Je te promets de ne pas me saouler ni chez toi ni ailleurs pendant 2 mois si tu m'emmène avec toi ! »
« Hein ? Tu es folle ? Regarde toi ! »
« Tu pourrais me prêter une de tes robes... Et me coiffer, m'aider a être présentable... »
La bourgeoise avait soupiré.
« Un an sans beuverie. »
« Je vais mourir ! »
« Dans ce cas, je ne t'emmène pas. »
« ... D'accord. »
Rendre Xylia présentable ne fut pas une mince affaire.
Il fallu la laver ( chose qu'elle n'avait jamais fait que dans la Tamise, alors une eau pure et chose, le savon et la mousse, le parfum etc furent pour elle une source d'émerveillement sans bornes. ), puis lui recouper les cheveux (pensez, la taille au couteau... Son amie lui avait coupé au ciseaux, et Xylia qui appréhendait ce moment fut surprise que cela soit sans douleur. ), puis la coiffer ( Heureusement, elle avait déjà les cheveux démêlés. ), puis enfin l'habiller comme une dame ( et trouver quelque chose d'assez petit fut très difficile ).
Xylia paya une partie de sa place avec ses rapines.
Mais lorsqu'elle approcha de Covent Garden, son assurance se volatilisa. Du moins en partie.
*C'est peut-être pas une si bonne idée...*
Puis elle aperçut toute la foule de bourgeois et autres riches.
*Tient, des pigeons à plumer...*
« Xylia, tu n'a pas intérêt à voler, compris ? »
« ... »
« Xylia ? »
« D'accord... » soupira-t-elle.

Maintenant, son amie avait disparu avec sa compagne, et Xylia se trouvait délaissée.
Son amie lui avait apprit sommairement quelques attitudes mondaines, et de loin du moins elle pouvait faire illusion.
De loin.
De près, quelques expressions, quelques regards propres à sa classe sociale pouvaient éventuellement la trahir, mais elle fit de son mieux pour le déguiser en fierté.
Elle ne pourrait pas passer pour une noble, mais du moins elle espérait passer pour une nouvelle riche.
Le coeur battant, elle entra dans la salle avec les premières notes, serrant son violon qu'elle portait sous son manteau.
_________________
I won't cry. Cause tears are diamonds and pearls, and I don't want to give them to people who don't deserve it.
Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : 09/06/2008 18:35:30    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Deaglán Lane
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 21
Race: Vampire

Message Posté le : 10/06/2008 09:50:45    Sujet du message : Déguisements mondains... ? Répondre en citant

Deaglan se promenait dans les rues désertes de Londres. Cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas quitté son appartement et surtout son cercueil. Il en avait même oublié la beauté d’un ciel étoilé.

Le soir était tombé assez rapidement, heureusement pour une première sortie. Bien qu’il y est une légère brume, comme souvent à Londres, le ciel était bien dégagé et offrait une vue merveilleuse de la voute céleste. Dea la contemplait comme si la contemplation qu’il lui portait lui redonner ne serait-ce qu’un peu plus de son humanité.

Ses flâneries le firent se balader à travers Londres. Des rues si silencieuses, juste quelques bruits furtifs. Cette solitude, qui pour une fois, n’était pas pesante, lui rappela ses longues balades sur les côtés irlandaises.

Il fut interrompu dans ses pensées par des bruits plus forts que ses songes. Des claquements de sabots, et des éclats de rire. Il vit plus loin de la lumière, et ne trouvant rien d’autre à faire se dirigea vers celle-ci.
La rue s’élargissait et donné sur une autre rue plus large. Non loin de là des hommes étaient regroupés et riaient. Dans leurs longues redingotes ils étaient si semblables, pourtant un sortait du lot. Il était grand la tête carrée et les trais marqués. Il dévisagea longtemps Deaglan. Il s’avança vers Dea et allait sortir une chose de dessous son manteau. Deaglan comprit que s’il voulait rester sans histoire il valait mieux éviter de rester là. Il regarda autour de lui et vit qu’il était juste devant Convent Garden. Il se dirigea donc vers les marches à petites enjambées. Une fois arrivé devant l’entré, il vit que la plus part des gens étaient déjà à l’intérieur. Réajustant ses vêtements, il fut surpris de voir une femme encore seule dehors qui hésiter à rentrer. Elle semblait tellement fragile et apeurée, mais dans un élan elle passa les portiers. Intrigué il la suivi. Il fut coupé dans son chemin par un homme qui lui tendit la main. Il comprit qu’il lui fallait payer, il sortit donc des pièces de sa poche de devant et l’homme lui tendit un feuillet. Il avait perdu la jeune fille. Il regarda un peu dans les couloirs, et après un petit moment, il la vit à l’entrée de la salle. Encore une fois hésitante ses pieds danser devant en arrière. Ce qui le poussa encore plus à la suivre fut que cette fois elle tenait visible un objet de taille moyenne sous son manteau. Elle entra dans la salle et la musique commença.
Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur        

Xylia Stark
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2008
Messages: 80
Localisation: Ici... ou là. Qui sait ?
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 11/06/2008 13:57:31    Sujet du message : Déguisements mondains... ? Répondre en citant

Xylia se balançait encore d'avant en arrière. Encore une fâcheuse habitude à perdre.
Elle se sentait observée et n'aimait pas ça. D'ordinaire, c'était elle, et personne d'autre, qui observait sans être vue. Retournement de situation... ou paranoïa. Il faudrait qu'elle en parle à son amie. Amie qui, elle le voyait depuis l'entrée de la salle, souriait, radieuse, au bras de son amie... Quelque part, Xylia était contente de ne pas être à la place de "l'autre".
Enfin.
Elle resta tout de même plantée dans l'encadrement des portes gigantesques, et contempla la salle sans oser croire que ce soit réel. Elle n'avait jamais vu autant de signes de richesse et d'opulence. Partout ce n'était que lustres de cristal ou diamants, draps de velours ou de soie, dorures ou or, délicates sculptures et moulure, loges coquettes et parquet luisant. Dieu que c'était beau ! Comme cela brillait ! Comme cela sentait bon ! Comme ses yeux aimaient ce lieu !
Même si l'argent et son cortège se cachaient derrière cela, même si les riches étaient hautains, même si, même si !, elle n'aurait souhaité qu'une chose : prendre place sur la scène.
Mais le rêve devait s'arrêter là. Ce n'était pas avec son petit savoir qu'elle arriverait à se faire un nom dans la musique. Les seuls qui pourraient monter sur scène, ce seraient les musiciens là-bas. Qui eux, on des parents riches. Qui eux, ont put s'offrir le luxe de leçons personnelles. Qui eux, on des années d'expérience. Qui eux, avaient de la prestance. Elle, pauvre gamine des rues en haillon, tirait seulement des musiques sommaires et imparfaites de son violon chéri.
Mais oh, comme elle aurait voulu !
Elle en était là dans ses réflexions quand elle aperçu deux musiciens qui s'amusaient à désaccorder l'instrument d'un troisième, et à se lancer l'archer. Elle fut outrée. Comment pouvaient il faire ça au troisième musicien, et même au simple violon ? Elle ne savait rien, mais elle respectait les instruments, elle. Finalement, peut-être ne voulait-elle pas être associée à ces rustres... En fait, jouer un solo serait mieux. Peut-être.
Elle se sentit alors observée encore plus.
Rajustant son violon sous son manteau, elle jeta un oeil furtif derrière son épaule.
Non loin d'elle se tenait un jeune homme qu'elle se souvenait avoir vaguement aperçu à l'entrée de l'opéra.
Elle vit aussi qu'il la regardait. Et surtout, qu'il était d'une pâleur mortelle, ce qui, par effet d'optique sans doute, lui donnait l'air d'éclairer un peu. L'homme n'avait pas un visage mauvais, il fallait l'avouer. Il se tenait très droit, une canne à la main. Ses yeux vert et ses cheveux blonds lui donnaient un côté irlandais, associés à sa peau laiteuse. Et elle se surprit à se demander s'il la trouvait jolie. Mais le souvenir très net qu'elle avait gardé du seul homme qui l'avait regardée ainsi passa devant ses yeux en un éclair.
Prise de frayeur, elle s'engouffra dans la salle, espérant qu'elle se fut méprise. Mais l'inconnu la suivait toujours...
Les premières notes retentirent. Xylia se figea. C'était plus beau que tout ce qu'elle avait entendu.
Elle prit une place au hasard, et s'assit. Elle garda son manteau, pour cacher son violon, mais également parce qu'elle avait froid. L'inconnu, tout inconnu et agréable à l'oeil qu'il soit, lui avait glacé le coeur, et elle tremblait.
Elle tenta de se réchauffer aux notes et ferma les yeux pour oublier le monde qui l'entourait.
La musique était très belle, aérienne, mais si les notes étaient juste, les musiciens semblaient vouloir briller par eux-même et non part l'ensemble. Ce n'était donc pas aussi beau que cela aurait pu ( aurait du ! ) l'être, mais cependant tellement, tellement plus onctueux que tout ce que pourrait faire Xylia...
Elle en aurait pleuré d'émotion et de dépit, mais préféra garder les yeux fermés. Elle avait peut-être l'air stupide, mais tant pis.
La musique n'avait commencé que depuis une minute.
_________________
I won't cry. Cause tears are diamonds and pearls, and I don't want to give them to people who don't deserve it.
Revenir en haut
              

Deaglán Lane
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 21
Race: Vampire

Message Posté le : 12/06/2008 17:02:36    Sujet du message : Déguisements mondains... ? Répondre en citant

Deaglan dont la curiosité avait été éveillé par cette inconnue, continua à la suivre.
Il poussa donc la porte de la salle. La fille se tenait quelque mètres plus loin,
et toujours dans un balancement.
Cette fois elle était encore plus dans une sorte de transe, elle semblait ailleurs,
comme si rien ne comptait ici bas sur terre. Dea en fut donc très étonné par autant
de passion chez un humain d'autant plus chez une fille qui ne semblait pas être démunie.

La salle n'était pas très attentive comparé à la jeune fille, beaucoup parlait ou se
faisait des messes basses. Ce qui marqua plus un contraste entre les deux parties.
Profitant que le fond de la salle ne fut pas occupé il s'avança sans être vu derrière la jeune fille.
Doucement , il la regarda , de si près mais sans pourtant se faire sentir.

Il se recula un peu , pour ne pas faire de frayeur à la douce et il lui susurra :

"Ce n'est pas très satisfaisant comme interprétation, qu'en dites vous?"
Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur        

Xylia Stark
Londonien

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2008
Messages: 80
Localisation: Ici... ou là. Qui sait ?
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 12/06/2008 18:23:19    Sujet du message : Déguisements mondains... ? Répondre en citant

Xylia sursauta violemment à cette "intrusion" dans la musique.
Elle se retourna vivement, enfonçant ses ongles dans le dossier de son fauteuil :
« T'es qui toi, d'abord ? »
puis, se souvenant des conseils de son amie (qui batifolait toujours) :
« Euh, je voulais dire... auriez-vous l'obligeance de me dire qui vous êtes ? »
Elle reconnu l'homme qui l'avait observée dans le hall, et ses doigts se crispèrent encore plus avec la peur qui la gagna.
De près, il était encore plus beau, avec toujours cet espèce de scintillement...
Elle en oublia presque la musique, qui de toute façon commençait à perdre en qualité, et le brouhahaha des murmures.
Murmures exacerbés puisqu'elle ne respectait pas du tout les règles de bienséance. Mais où donc avait elle été éduquée ? Décidément, l'Opéra devenait mal famé, il faudrait en glisser la note aux portiers, pour qu'ils règlent cela....
Non, Xylia n'entendit rien de tout cela.
Mais elle avait peur des hommes, c'était ainsi. En fait, si elle les supportait sans peine lorsqu'elle les volait ou se moquait, ou simplement quand ils ne la remarquaient pas, mais elle ne supportait pas les hommes dès qu'elle perdait le contrôle avec eux.
Or, elle n'avait le moindre petit contrôle dans cette situation...
Elle se reprit tant bien que mal, et répondit à la question de l'inconnu :
« Satisfaisant ou non, c'est déjà bien mieux que tout ce que je pourrais faire, comment oserai-je me plaindre ? »
Dites, elle ne s'en sortait pas si mal à faire des ronds de langue...
_________________
I won't cry. Cause tears are diamonds and pearls, and I don't want to give them to people who don't deserve it.
Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : 21/09/2017 02:22:27    Sujet du message : Déguisements mondains... ?

Revenir en haut
              

   Enosh Index du Forum .::. Covent Garden
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  


Xooit.com :: Top Forums


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.