Enosh
1819 - Londres, partagée entre le mysticisme et le développement galopant de la technologie...
 
 FAQFAQ  Le site   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Place à la musique...
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Enosh Index du Forum  .::. Londres Intra- Muros  .::. Le Square des poètes

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Eloi Nordskov
Musicien (ne)

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2006
Messages: 105
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 12/07/2007 01:51:33    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

Eloi était sorti de chez lui avec au bras sa charmante mandoline. Instrument simple et sans artifices, la plupart du temps accordé. Les cordes ayant été pincées par plusieurs mains avant lui étaient usées, mais résistaient encore aux assauts d’Eloi. Sur la caisse de résonance avait été gravés une inscription en italien qui lui était tout à fait inconnu.

L’âme en peine, il se dirigeait vers… en fait, il n’en avait aucune idée. La laisse de son chien dans l’autre main, il arpentait les rues de Mayfair, guidé par les pas du cabot dans le crépuscule poignant d’un couché de soleil précoce. Un vent frais imposait sa présence soulevant dans une danse chaotique les cheveux d’Eloi qui encore une fois n’arriverait pas à les dompter.

Isaac tira Eloi jusqu’à l’entrée du Square, parc de grande envergure, mais peu accueillant pour des gens de sa condition. Or, cela lui était plutôt égale, tant que d’être vu en ces lieux ne lui était pas formellement interdit. Trouvant un coin tranquille, lui et son chien s’accroupir au pied d’un arbre aux branches basses et recourbées.

Il devait jouer s’il ne voulait pas oublier cette nouvelle mélodie qui lui trottait dans la tête depuis qu’il était parti. Déjà quelques paroles voulaient émerger de sa bouche qui obstinément restait close, murmurant que de petits sons presque inaudibles. Il était en pleine création et ce qu’il avait pour l’instant n’était pas présentable, ce pourquoi il se pratiquait encore, à l’abri des regards. Or, absorbé comme il l’était, il n’aurait même pas remarqué si quelqu’un l’écoutait à son insu…



[libre...]
_________________
Deviens ce que tu es
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : 12/07/2007 01:51:33    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Tamsyn Snow
Machiniste

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2007
Messages: 63
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 19/07/2007 14:19:43    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

Tamsyn regardait le soleil se coucher au dessus des toits. Bientot il devrait trouver la sortie de ce quartier, sortie qu'il cherchait depuis la mi-journée, et devrait tenter de retrouver le chemin de son appartement. Il aurait mieux fait de rester chez lui en ce jour de repos au lieu d'aller se ballader dans les rues de Londres qu'il croyait pourtant connaitre...

Encore une fois ses pensées vagabondèrent vers le jeune homme qui l'avait aidé le matin même. Tamsyn s'était promis de le retrouver pour lui rembourser l'argent qu'il lui avait donné. Cela avait été le second but de son errance dans Mayfair, retrouver le jeune secrétaire pour s'excuser des ennuis qu'il lui avait provoqué et pour le rembourser. Meme si il savait que sa démarche serait vaine Tamsyn avait envie de revoir ce jeune homme si plaisant à l'oeil, croyant recconnaitre le garçon timide et anxieux qu'il avait été en lui.
Assis au pied d'un arbre, il allait se relever quand un inconnu passa non loin avec son chien et s'assit à quelques mètres de là, commençant à jouer d'un instrument. Lamélodie, bien qu'hésitante, était assez joli et parraissait sublime aux oreilles de Tamsyn, qui n'avait eu que peu l'occasion dd'écouter de la musique.

Il songea à s'approcher pour entendre plus distinctement mais il se dit qu'il aurait été impoli d'interrompre l'homme, qui semblait être en pleine composition musicale. Tamsyn resta donc à sa place, détaillant le chien des yeux. Ce dernier était étonnament calme et obeissant pour un chien orinaire. N'importe quel canié aurait tenté d'aller courrir dans l'herbe ou bien d'aller se soulager sous un arbre. Or celui ci restait assis aux cotés de son maitre. Aurait il été dressé? Mais les dressages nessessitaient une somme d'argent considérable pour des résultats pas toujours concluants, et ce musicien ne semblait pas rouler sur l'or. Ety si ça avait été le cas il ne se serait certainement pas assis dans l'herbe en prenant le risque de tacher ses vetements, mais il se serait installé sur un banc.

Tamsyn cessa de fixer l'animal des yeux, sortant de ses pensées. Il n'avait pas à se poser des questions sur la vie de parfaits inconnus. La curiosité était un vilain défaut, c'est pour ça qu'on lui avait toujours dit de ne pas se préoccuper des autres et de se concentrer sur lui même. Mais sa vie était tellement morose alors que celle des autres semblait mystèrieuse à souhait...
Revenir en haut
              

Eloi Nordskov
Musicien (ne)

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2006
Messages: 105
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 19/07/2007 15:32:47    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

La nuit se faisait attendre et si Eloi était trop absorbé pour remarquer que quelqu'un était là, non loin d'eux, Isaac lui, l'avait reniflé depuis leur arrivé. Alors que le jeune musicien s’en donnait à cœur joie, Isaac guettait cet individu, à quelques mètres de là, immobile. Isaac était loin d’être méchant, seulement très prévenant. S’il devait arriver quelque chose à son maître, on entendrait à tout jamais ses lamentations s’envoler dans le ciel. Or, pour l’instant, il n’y avait rien de bien menaçant.

Eloi était plutôt du genre patient, pour ne pas dire tenace. Enfin, pour ce qui était de la musique en tout cas. C’était son gagne pain alors ce n’était pas à négliger. Il est vrai que la plupart des riches bourgeois n’étaient pas très charitable, mais il n’en fallait qu’un qui soit assez généreux pour lui donner assez d’argent pour se nourrir lui et son chien. Ceux qui donnaient avaient la plupart du temps soit une certaine pitié à son égard ou bien ils s’étaient entichés de son joli toutou. Il était beau c’était vrai. Eloi s’occupait bien de lui. Brossé à tous les jours… et puisqu’il ne pouvait aller gambader à droite et à gauche, il ne se salissait pas trop.

Adossé à l’arbre, il reposait un peu ses doigts, rougis par l’effort. Les cordes laissaient des marques parfois profondes et le blessaient. À la longue, sa peau se durcissait au bout des doigts, atténuant la douleur. Ce n’était pas une surprise, car quand il s’y mettait, il pouvait jouer des journées entières.

Soudain, son chien se redressa à la suite d’un bruissement de feuille sans doute, tirant un peu sur sa laisse. Eloi le tirait vers lui, agacé d’avoir été dérangé dans ses rêveries. Le chien restait cependant entêté, ce qui fini par inquiéter Eloi. Qu’est-ce qui se cachait qui pouvait à ce point énerver Isaac? Il n’avait pas l’intention d’endurer ce petit jeu bien longtemps.

« Est-ce qu’il a quelqu’un? »

Si on répondait, il saurait enfin ce qui perturbait son chien. Si on ne répondait pas… Il était peut-être temps de quitter… la nuit on ne sait jamais quelle âme rôdait en ces lieux.

_________________
Deviens ce que tu es
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut
              

Tamsyn Snow
Machiniste

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2007
Messages: 63
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 20/07/2007 14:54:54    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

Tamsyn tourna la tête vers l'endroit d'ou provenait le bruissement de feuilles. Un employé du parc se tenait non loin de l'arbre en bas duquel était adossé le musicien. Il les jaugea du regard avant de repartir sans dire un mot.
Tamsyn attendit qu'il s'éloigne un peu avant de déclarer d'une voix douce.

"Il y avait un employé u parc, qui vient de repartir, et il y a moi, mais j'étais déja là avant."

Tamsyn se permit cette fois si de regarder l'homme de face. Celui ci avait une barbe tout juste naissante et les cheveux en bataille. Mais ce qui frappa le plus Tamsyn était ses yeux, bleu pale. Cet homme était donc aveugle? Cela expliquerait le fait que son chien soit si bien dressé et qu'il ne l'ai pas remarqué avant. Par contre cela voulait dire qie l'homme connaissant si bien son instrument qu'il n'avait pas besoin de le visualiser, ce qui ajoutait de son prestige aux yeux de Tamsyn.

Le soleil disparut derrière les plus hauts toits de Londres. Dans moins d'une heure les lampadaires s'illumineraient dans les rues les plus fréquentées. Dans les autres la lueur des étoiles se refleterait sur les pavés. Dans une des allées du parc, non loin de l'endroit ou étaient assis les deux hommes, l'employé du parc les survaillait, particulièrement le musicien et son chien. Si il avait pu il leur aurait demandé de quitter les lieux, prétextant l'approche de la nuit. Mais le parc restait ouvert à toute heure et il n'avait pas le droit d'éconduire les gens sans raison.

L'androgyne baissa les yeux et se concentra sur les brins d'herbe qui tapissaient le sol. Il en arracha un, le plus fin possible, et commenca à faire des noeuds. Quand, au bout du cinquième, le brin d'herbe cassa, il en choisissa un autre et recommença son manège. Il aurait bien aimé engager la discussion mais il était tout simplement incapable de parler à un inconnu sans raison particulière. De plus il ne voyait pas quoi dire qui n'aurait pas été trop indiscret. Il laissa tomber les restes dus econd brin d'herbe et en chercha un autre.
Revenir en haut
              

Eloi Nordskov
Musicien (ne)

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2006
Messages: 105
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 21/07/2007 20:20:25    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

À sa question, Eloi reçu une réponse qui le soulagea. Au moins, on daignait lui répondre. Il tira sur la laisse de son chien pour le rapprocher de lui et se redressa contre le tronc d’arbre où il était adossé. Le jeune homme qui lui avait répondu était tout près, probablement à quelques mètres. Évidemment, il lui aurait été impossible de le remarquer auparavant, même s’il avait été face à face. Il tourna la tête dans la direction d’où venait la voix et répondit à son interlocuteur.

« Merci de l’information. C’est que mon chien semblait inquiet, je voulais seulement m’assurer qu’il n’y avait rien d’anormal. »

Il termina sa phrase sur le même ton monotone avec lequel il l’avait débutée et retourna dans ses pensées. Il n’avait pas la parole facile. C’était rarement lui qui entamait les discutions. Il était plutôt du style discret. Or, si on le connaissait bien et que l’on avait avec lui une relation de confiance, le véritable Eloi se relevait enfin. Un être sensible et dévoué. Il avait véritablement le cœur sur la main, même démunit. Il était toujours généreux avec ceux dans la même condition que lui. Le partage était une valeur cruciale à ces yeux. Sans elle, il était impossible de survivre dans un monde où notre ventre cris jour et nuit.

Il déposa sa mandoline un peu plus loin et déposa sa lourde main sur le dos de son chien pour le flatter un peu. Il fallait le rassurer ce pauvre cabot. Il prenait tout le monde pour une menace, toujours méfiant. Comme si le danger était partout… Bon, il ne fallait pas ce leurrer, il était présent… Mais ça ne servait à rien de virer paranoïaque?

_________________
Deviens ce que tu es
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut
              

Tamsyn Snow
Machiniste

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2007
Messages: 63
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 23/07/2007 13:55:02    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

Tamsyn émit un vague grognemeent pouvant être intreprété comme une approbation et retourna à son tressage d'herbe. Il était bien trop timide pour engager la conversation. Quand il ne trouvat plus d'herbes à son gout devant lui il s'attaqua à celles sur le coté, puis à celles plus loin, une expression absente sur le visage. Au bout de quelques instants il se rapella qu'il n'était pas seul et se rassit correctement. Même si le musicien ne pouvait pas le voir ce n'était pas une raison de mal se comporter. Embarassé, il s'adossa à l'arbre et leva la tête. Il lui semblait, au loin, distinguer l'étoile du berger, à moins que ce ne soit une lumière en haut d'un batiment.
Il songea qu'il était temps de rentrer si il voulait pouvoir retrouver son chemin avant la nuit noire.

Il allait se lever quand il réalisa qu'il aurait été impoli de ne pas prévenir le musicien, tout comme il avait été impoli de ne pas engager la conversation un minimum, mais ça il en avait été incapable. Il bredouilla d'uine voix douce.

"Je me retire, je... au plaisir de pouvoir un jour vous réentendre jouer..."

Il se leva et fit quelques pas avant de se raviser. Si cette personne était aveugle, ne fallait il pas l'aider? D'un autre coté, il pourrait mal le prendre. Confronté encore une fois à la courtoisie, Tamsyn abandonna le combat et reprit sa marche. Tant pis pour la politesse, il aurait été bien incapable d'adresser une parole de plus à cet inconnu. Il évita une dame endimanchée qui passait en faisant un écart de 5mètres environs et ralentit un peu son rythme de marche.

(désolé de devoir écourter ce RP mais c'était soit ça soit Tamsyn continuait à tresser ses brins d'herbe^^" A moins que tu ne trouve un moyen de le retenir...)
Revenir en haut
              

Eloi Nordskov
Musicien (ne)

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2006
Messages: 105
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 24/07/2007 21:36:52    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

Eloi se surprit à avoir un serrement au cœur quand l’homme lui avoua qu’il quittait. Mais pourquoi se sentait-il dans cet état? Il ne le connaissait pas. Ils ne s’étaient dit que deux phrases. En fait, sans le savoir, sa présence le rassurait. Il était moins seul. Il se tira donc de cet état mi-conscient dans lequel il était entré et s’empressa de répondre au jeune homme.

« Oh et pourquoi ce jour ne serait-il pas aujourd’hui? Si vous apprécier ma musique, je peux vous jouer un autre morceau, vous me direz honnêtement ce que vous en pensez… »

Il avait lancé cela, sans vraiment réfléchir. Ce n’était peut-être pas convenable de le retenir alors qu’il s’en allait. De toute façon, il était trop tard. Ce qui était dit était dit. Il était vrai cependant qu’il aimait avoir des spectateurs quand il jouait. Il aimait avoir des échos de ses créations... et sa présence l’apaisait. Mais ça, il n’aurait jamais osé lui avouer. Ça aurait été déplacé cette fois.

Il repoussa donc son chien gentiment et de la main, il tapa l’herbe à ses côtés, faisant signe à l’homme de venir s’asseoir. Il prit sa mandoline et commença cet air qu’il avait écrit en souvenir de sa famille. C’était sa première création et selon lui la meilleure, car il avait travaillé dessus jour et nuit jusqu’à obtenir ce résultat qui satisfaisait enfin les exigences du musicien.

Un air léger, doux et lent. Pas triste, non. Nostalgique et mélancolique…mais pas triste. Soudain, une petite brise se leva, se mêlant aux notes de musique qui s’échappaient une à une de la mandoline. Ces cheveux se faisaient doucement bercer par le vent. Il s’en moquait, ils ne pouvaient pas être davantage pêle-mêle qu’ils ne l’étaient déjà.

_________________
Deviens ce que tu es
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut
              

Tamsyn Snow
Machiniste

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2007
Messages: 63
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 25/07/2007 20:46:30    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

Tamsyn, en entendant l'appel de l'homme, fut d'abord tenté de faire comme si il n'avait rien entenu. Après tout, il se faisait tard et il n'avait pas envie de se retrouver encore embarrassé face à cet inconnu. Mais le fait que cette personne tente de le retenir, même pour un prétexte futile, lui faisait chaud au coeur. Cela faisait environ un an que plus personne ne prétait attention à lui et que quelqu'un demande sa compagnie le replissait d'une joie enfantine, tout heureux qu'on le rapelle. Cette euphorie puérile se calma rapidement et, les joues rouges d'avoir pu penser à de telles sottises, il accepta l'invitation et alla s'assoir à coté du musicien.

Il s'assit pile l'endroit que le musicien lui avait désigné, les bras autour de ses jambes repliées, et laissa son regard partir au loin quand il comença à jouer. Au bout d'un léger moment il avait fermé les yeux, se concentrant uniquement sur la musique. Elle était bien plus belle que le morceau précédent, plus douce et plus travaillée. Il sentit que la mélodie était pleine de souvenirs et d'évenements heureux marquants une époque révolue. Il se demanda un instant ce que le musicien avait pu vivre comme évènement qui lui inspire une si douce mélodie, puis se laissa emporter par ses propres souvenirs. Ils revoyaient les rares instants qu'il avait passé avec son père, ceux, plus fréquents mais nettements moins heureux, passés avec sa mère et la longue pèriode passée avec Jack et les autres membres du groupe. Il rouvrit les yeux, sentant que si il continuait à penser à ça il se mettrait à pleurer, et écouta en silence la fin du morceau. A la fin de celui ci il garda encore le silence quelques instants avant de se permettre de donner son avis d'une voix dont il tentait de camoufler l'émotion.

"C'est... Je n'y connait rien en musique mais je crois bien que c'est l'une des plus belles choses qui m'ait été donnée d'entendre..."

Il réfléchit un instant. Oui... La plus belle chose qu'il avait pu entendre était un orchestre de rue minable. En fait c'était le contexte qui avait rendu la musique si belle. Jack et lui, pour la première fois, avaient pu se promener ensemble en ville. Pas main dans la main, certe, mais ensemble. Ils s'étaient arrétés pour écouter l'orchestre qui jouait sous un beldèvre, alors que la neige tombait. La scène était restée gravée dans sa mémoire et parfois, quand la neige recouvrait la ville il croyait entendre au loin l'orchestre qui jouait. La seconde plus belle chose qu'il ait pu entendre était à l'opéra, bien qu'il n'écoutait que d'une oreille distraite. Son père, à l'époque ou ses revenus étaient convenables, l'avait ammené avec sa mère à l'opéra. Il avait tout juste 5ans et avait passé la soirée à s'émerveiller de toutes les décorations de la salle. Mais plus encore, c'était le fait que son père lui offre ce moment en cadeau d'anniversaire qui l'avait marqué. En somme il n'avait aucune expèrience musicale et c'était juste l'émotion créée par la mélodie qui la rendait si belle à ses yeux.
Revenir en haut
              

Eloi Nordskov
Musicien (ne)

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2006
Messages: 105
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 30/07/2007 20:49:13    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

Eloi était ravi d’entendre des pas se rapprocher de lui. Cet homme ne devait vraiment avoir rien à faire pour rester dans ce parc, à la tombé de la nuit, avec un illustre inconnu. Mais avant tout, il ne devait pas être très peureux. Or, il est vrai qu’il n’avait pas de réelles raisons de s’inquiéter, car Eloi était d’une générosité et d'une gentillesse inouïe. Il ne ferait pas de mal à une mouche, même si son allure renvoyait une idée différente. Il le sentait tout près, accroupis à moins d’un mètre de lui. Il pouvait même sentir son odeur.

Adossé à l’arbre, il prit sa mandoline et se mis à jouer. Son âme, bien plus que ces doigts, participait à rendre cette mélodie presque vivante. C’était un message sans mot, muet. D’ailleurs, si on écoutait bien, on réalisait que c’était une véritable porte ouverte sur les sentiments et émotions d’Eloi. Lui et son spectateur semblaient se laisser bercer par les notes, sans se questionner davantage sur la provenance de son vis à vis.

Quand la dernière note s’éteignit dans l’air, l’homme à ces côtés prit la parole. Ce qu’il lui dit le toucha beaucoup alors il laissa échapper un sourire en signe de réponse immédiate. Il tourna ensuite la tête vers l’individu et tendit la main dans sa direction.

« Je m’appelle Eloi, et je suis ravi que vous appréciez à ce point ma musique, mais de là à dire que c’est l’une des plus belles choses que vous ayez entendu… Je n’en demandais pas tant. Je suis tout de même enchanté, monsieur…? Au fait, je ne vous ai même pas laissé le temps de vous présenter. »

L’homme aurait pu croire qu’il le fixait, mais ce n’était que fabulation. Or, Eloi espérait qu’un jour le voile se déchirerait enfin, même si les médecins avaient été très clairs sur le sujet : Jamais il ne reverrait de sa vie. Son nerf optique était totalement inutilisable, complètement détruit lors de l’incident. Il avait souvent eu des regrets. De la culpabilité. Or, il savait que ça n’y changerait rien. Même s’il se disait : Oh, j’aurais du voir cela, voir ceci… Il était trop tard. C’était peut-être fataliste, mais c’était ainsi. Il ne pouvait rien faire pour changer sa situation. Il ne lui restait qu’à l’accepter, le plus sereinement possible. Cependant, il reste que l’on ne s’habitue jamais à la cécité quand on a connu la vue…

_________________
Deviens ce que tu es
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut
              

Tamsyn Snow
Machiniste

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2007
Messages: 63
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 31/07/2007 10:36:45    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

"Tamsyn... Tamsyn Snow, machiniste..."

Il laissa mourrir sa phrase et serra doucement la main tendu devant lui quelques instants, avant de la lacher, pris au dépourvu. Il fallait l'avouer, cela faisait 1 an qu'il n'avait pas eu à dire bonjour. En général il se contentait d'un vague hochement de tête, ou d'un signe de la main pour ceux qu'ils connaissaient depuis plus longtemps. Avant, quand il disait bonjour à ses quelques amis, il leur faisait la bise, mais jamais il n'avait eu à serrer la main de quelqu'un. Il pensait que c'était réservé aux bourgeois, aux nobles ou aux hommes d'affaires. Il faut croire qu'il se trompait...

Les allées du parc se vidaient à l'approche de la nuit. Non loin d'eux, une femme endimanchée et un homme qui semblait discuter avec elle leur lancèrent un regard plein de désapprobation avant de s'éloigner. Sans doute étaient ils mécontents que de pauvres hères se permettent de s'assoir dans l'herbe et de gacher le paysage, ou bien tout simplement qu'ils restent dans le parc à une heure aussi tardive. Tamsyn eut un petit sourire et s'adressa à Eloi à voix haute, tout en suivant le couple qui s'éloignait des yeux.

"La nuit tombe... Il faudrait songer à changer d'endroit si nous voulons continuer notre conversation, plutot que de rester ici à subir la fraicheur de la nuit..."

Il lacha des yeux le couple, qui venait de disparaitre de son champ de vision, pour regarder un peu ailleur. Il remarqua que le gardien de tout à l'heure discutaient avec un de ses collèges en les poitants souvent du doigt.

"Ou avant de se faire virer par le gardien!"

Il eut un léger rire alors que la figure du gardien, au loin, semblait se tordre de rage et changer de couleur. Son collège était probablement en train de lui expliquer qu'ils ne pouvaient pas les mettre à la porte sans raison valable, et que le square était ouvert même la nuit...
Revenir en haut
              

Eloi Nordskov
Musicien (ne)

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2006
Messages: 105
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 06/08/2007 19:07:58    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

Eloi lui sourit quand il se présenta. Machiniste? Ils n’étaient vraiment pas du même domaine. L’industrialisation qui naissait à Londres ne l’avait jamais vraiment intéressé. Eloi avait toujours été un discret et timide, il n’aimait pas le changement, la nouveauté. N’est-ce pas que la routine est réconfortante? Enfin bref, c’était plutôt paradoxal, car Eloi était aussi très curieux. Il allait certainement chercher à savoir en quoi consiste ce métier qu’Eloi considérait tout de même abstrait.

Quand l’homme lui lâcha la main, une bourrasque le frappa en plein visage. C’était vrai qu’il commençait à faire plutôt frisquet. C’était davantage pour cette raison qu’ils quitteraient que pour faire plaisir à ce gardien. Ils avaient le droit d’être ici et c’est seulement s’ils le désiraient qu’ils partiraient.

Son chien, toujours couché paisiblement – ce qui ne voulait pas dire qu’il ne faisait pas le guet – semblait pousser des gémissements. Rêvait-il? Eloi regarda Tamsyn et parti à rire avec lui.

« Tu as raison, ce vilain gardien ne semble pas trop nous aimer… mais il n’est pas dangereux… Sinon mon fidèle garde du corps ne se serait pas endormit, non? »

Il rigolait de plus belle. Ça faisait longtemps qu’il avait rit ainsi. Il bouscula son chien qui se réveilla en sursaut, la fourrure toute pêle-mêle. Avec son chien qui le suivait partout, il ne pouvait pas aller où il le désirait. On ne voulait pas des chiens. C’était sale, ça empestait et ça mettait du poil partout. C’est ça que les bourgeois diraient.

« Tu penses à un endroit? Car avec mon chien, je ne peux pas aller n’importe où… »

Il se tourna vers son chien et lui caressa la tête. Il avait de la chance de l’avoir. Il ne l’abandonnerait pour rien au monde.

_________________
Deviens ce que tu es
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut
              

Tamsyn Snow
Machiniste

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2007
Messages: 63
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 07/08/2007 20:15:17    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

Tamsyn éclata de rire à la remarque de l'homme, surtout en voyant l'air hagard de son chien, dérangé dans son sommeil. Il réfléchit un instant, cherchant un endroit ou ils pourraient se rendre sans risquer de se faire jeter et où il n'était pas connu. Il du donc rayer la plupart des bars de Soho devant lesquels il avait travaillé, ou dans lesquels il avait bu avec Jack et les autres. Il en restait un, pas très convenable, pour ne pas dire crasseux, ou il n'était allé qu'une seule fois et ou un chien passerait surement inaperçu. A vrai dire, tout autre endroit lui parraissait innaproprié. La plupart des pubs londoniens demandaient à ce qu'il n'y ai pas d'animaux dans la salle, même si les rats courraient dans leur arrière cuisine. Et à part un bar, il ne voyait pas ou ils pouvaient aller, à part 2 endroits. Il y avait une sorte de hangar désaffecté dans la zone inustrielle, qu'il avait découvert un jour d'errance. Et il y avait chez lui.

Mais voila, le hangar était à l'exact opposé de leur localisation et chez lui... Ramener un homme dans sa maison lui rappellait encore trop de souvenirs, malgré qu'une année soit passée. Non, le bar était une excellente idée.

"A part un bar miteux de Soho ou même un troupeau de bétail passerait inaperçu aucune idée..."

Il réalisa qu'il avait peut être dit une annerie. Après tout, tout le monde ne fréquentait pas Soho! Au contraire, la plupart des gens de Londres ne s'étaient surement jamais aventurés dans les ruelles de ce quartier de débauche, si ce n'est suite à un pari stupide, à une tournée des bars ou à un égaremeent. De plus ils leur faudrait passer par les rues principales pour atteindre le bar, et en cette heure elles grouillaient de monde, de femmes. A cette pensée le ventre de Tamsyn se noua et il songea que finalement, le hangar abandonné n'était pas si mal...

"Et toi? Une suggestion?"

Laissant tomber le vouvoiment erigueur pour un tutoiment plus pratique, il changea de position de façon à être accroupi, près à se relever pour se mettre en route.
Revenir en haut
              

Eloi Nordskov
Musicien (ne)

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2006
Messages: 105
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 18/10/2007 21:27:57    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

Eloi laissa échapper un rire en entendant la remarque de son interlocuteur. Cependant, le lieu qu’il lui proposait causait problème. En fait, Eloi n’avait jamais osé se rendre dans le quartier de Soho et s’il l’avait fait, c’était totalement pas erreur (voir sujet dans Soho). Évidemment, il en avait entendu parler. Or, les personnes aux mœurs légères qui semblaient fréquenter les lieux n’étaient pas tellement son style, quoiqu’il n’avait rien contre eux, à priori. Aussi, l’idée de devoir se rendre dans un bar à cette heure du soir l’ennuyait un peu. Il n’était pas vraiment peureux mais…

Quoi qu’il en soit, il était certain qu’il devait exister un autre lieu pour faire connaissance. Eloi hésitait. Il ne voulait pas paraître entreprenant, ni impoli. Il désirait simplement trouver une solution qui arrangerait tout le monde.

« Pourquoi ne viendrais-tu pas chez moi dans ce cas? Loi de moi l’idée de paraître entreprenant… Je constate simplement qu’il semble que ce soit un lieu convenable pour discuter plus amplement sans le regard d’observateurs mécontents. Nous y serons plus tranquilles et mon chien ne causera pas de problème. Je ne cherche pas à te convaincre, mais sache que je n’habite pas très loin donc nous serons bien vite au chaud. À toi de décider.»


Il lui sourit avant de se tourner vers son chien pour lui caresser doucement la tête et le derrière des oreilles. Satisfait, son chien lui donne alors de petits coups sur les mains avec son museau humide.





Hj: mieux vaut tard que jamais...
_________________
Deviens ce que tu es
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut
              

Tamsyn Snow
Machiniste

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2007
Messages: 63
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 18/11/2007 22:14:54    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

Tamsyn prit une teinte carmine à la hauteur de celle de son pull, gêné comme tout. Il n’avait pas l’habitude que ce genre de proposions lui soient faites sans arrière pensée, et cela l’avait presque rendu méfiant vis-à-vis des gens. Seulement Eloi ne semblait pas du tout avoir ce genre d’idée, au contraire il paraissait plus le genre d’honnête homme ne buvant pas, ne fumant pas et croyant en Dieu. Donc une personne par définition homophobe. Bah, il suffirait de faire attention, de toute façon Tamsyn n’était pas le genre de personne à hurler sa différence sur les toits de Londres. Sauf quand il était soul, d’accord.

Il réfléchit quelques instants. Après tout, qu’avait il à perdre ? Le tout était qu’il soit en état retrouver le chemin de son boulot le lendemain, le reste…

« D’accord, je vous suis »

Il ne se releva pas immédiatement, attendant qu’Eloi se lève en 1er pour lui emboîter le pas. La nuit se faisait de plus en plus sombre et il n’était pas mécontent de rentrer avec quelqu’un. D’habitude il ne rentrait pas si tard et du temps où il errait encore la nui il ne fréquentait que les rues principales de Soho, et jamais seul les ruelles désertes.
Et puis, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas eu une vrai discussion intelligente avec quelqu’un, c‘était l’occasion.


[Je m'excuse pour le mois de retard et pour le post moyen, faut que je me remette dans la peau du personnage><]
Revenir en haut
              

Eloi Nordskov
Musicien (ne)

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2006
Messages: 105
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 16/03/2008 20:16:41    Sujet du message : Place à la musique... Répondre en citant

La suite dans mes appartements dans le topic des habitations...
_________________
Deviens ce que tu es
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : 22/05/2018 18:43:19    Sujet du message : Place à la musique...

Revenir en haut
              

   Enosh Index du Forum .::. Le Square des poètes
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  


Xooit.com :: Top Forums


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.