Enosh
1819 - Londres, partagée entre le mysticisme et le développement galopant de la technologie...
 
 FAQFAQ  Le site   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

L'Hidalgo en goguette
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Enosh Index du Forum  .::. Londres Intra- Muros  .::. Soho  .::. Chez Madame Lili

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Santiago de Heredia
Maître d'arme

Hors ligne

Inscrit le: 30 Avr 2006
Messages: 20
Race: Humain

Message Posté le : 20/02/2007 00:39:42    Sujet du message : L'Hidalgo en goguette Répondre en citant

L'homme n'était pas prude, les bordels de campagne qui suivait les troupes comme tout à chacun, il les avait fréquenté quand le sang et la mort vous refroidissait tellement que le dégout de soi vous jetait dans n'impote quel substitut, l'alcool, le jeu, les femmes. Mais, quand l'homme dans son large manteau noir, portant un feutre usé au panache fourni, se retrouva devant la maison de sa commanditrice, il grinça des dents, le visage de rapace du chevalier de Heredia grimaça vilainement.

" Santa Madonna, C'est un bordel ! "

il cracha par terre. Il portait son épée au côté comme on la pôrtait 30 ans plus tôt. Dans un épais beaudrier de cuir griffé qui avait vu trop de Campagne militaires. Sous son bras, il avait pris à tout hasard son coffre léger de fleurets d'entrainements. La dame l'avait invité pour quelques leçon, n'était-il pas ? Mais tous ces mystères avaient fortement échauffé notre oiseau ibérique à la moustache retroussée.

Encore une fois, il n'avait rien d'un bleuet, humant son mouchoir pour se garder des odeur nauséabondes. Mais, le fait que l'étrange femme qui l'avait invité avec force mystère et manières pas plus tard que la veille, habite dans un bordel, ne laissait que peut de choix quand à sa profession... Enseigner l'art du duel et de lamort dans un bordel même de classe, le fachait un peu. On vivait de tristes temps.

Pourtant, cette mystérieuse madame lili Matthews avait su l'intriguer. L'espagnol ne résistait jamais à un mystère. Sur une plage de Cuba, autrefois, une femme qu'il avait aimé lui avait prédit qu'il en mourrait surement un jour. Il avait été formé à l'école secrète des Maître Templiers, ses talents n'étaient pas à négliger, et les secrets du Temple faisaient de lui un dangereux adversaire pour les immondices qui hantaient la fange de Londres. Il n'avait certainement pas peur de franchir les porte de la maison close !

Ce qu'il fit, droit dans ses bottes, et avec la formidable arrogance des espagnols ruinés, mais au sang jamais parjure.

* Por dios, souhaitons au moins que cette femme paye, où je devrait rendre mon école au propriétaire et vendre toutes mes armes. *

il resta stupidement près de la porte, grand corbeau noir inquiétant, hésitant sur ce qu'il devait faire et gardant il l'esperait du moins un semblant de maintien dans ce palais du vice.
Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : 20/02/2007 00:39:42    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Madame Lili
Mère Maquerelle

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2006
Messages: 73
Localisation: Au sein de ma maison, à faire tourner les affaires... et les filles...
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 21/02/2007 12:34:13    Sujet du message : L'Hidalgo en goguette Répondre en citant

Le salon, à cette heure tardive, était déjà empli de messieurs distingués venus chercher repos et détente après leur éreinte journée de travail dans le beau londre, partageant la place et les divans avec des jeunes filles en fleur, innondant le hall de leurs rires légers et rafraichissants. Madame Lili, encore préoccupée par ses entretiens en cours, s'octroya une bref incartade dans le domaine de ses filles.

Circulant avec aisance autour des fauteuils, fleurant causette à quelques gentilhommes fumant la pipe, lançant quelques ordres d'une voix discrète à certaines gourgandines en mal d'occupation, elle reflétait une assurance impressionnante, menant avec une main de maître sa petite affaire.
Elle avait presque oublié la rencontre qu'elle avait fait la veille au soir, dans un pub mal fâmé d'un quartier voisin, où elle avait invité d'un simple mot, un rital à la lame aiguisée, jusqu'à ce que, levant les yeux vers l'entrée, elle l'aperçoive, droit comme un i près de la patère, semblant mal à sa place.
Un sourire fendit son visage, et elle s'approcha de l'homme qui jetait deci delà des coups d'oeil qui exprimait un certain mépris.

Parvenue face à lui, elle lui tendit une main franche et dit d'une voix aimable:

"Sir, vous me faites grand honneur que d'avoir accepté mon invitation. Je me permets de me présenter à vous d'une manière plus honnête que ce simple bout de parchemin que j'ai eu l'audace de vous jeter de manière si désinvolte.
Je me nomme Lisiane Betty Sue Matthews, mais je vous autorise à faire comme la plupart ici et m'appeler plus simplement "Madame Lili"..."


Elle patienta, sa main gantée tendue, le sourire accueillant aux lèvres.
_________________
Revenir en haut
              

Santiago de Heredia
Maître d'arme

Hors ligne

Inscrit le: 30 Avr 2006
Messages: 20
Race: Humain

Message Posté le : 23/02/2007 10:15:45    Sujet du message : L'Hidalgo en goguette Répondre en citant

L'espagnol reconnut la femme qui s'était présentée à lui la veille dans la taverne où il dévidait tristement son mal-être. elle semblait à l'aise comme un poisson dans son bocal, glissant entre les invités, redressant quelques tenues et saluant les clients d'un regard ou d'un bon mot. elle surnagait dans ce palais du stupre. a n'en pas douter, la donzelle était propriétaire du Bordel. Il haussa les épaules, le maître d'armes n'allait pas se mettre martel en tête pour l'instant. elle se présenta à lui avec la grâce d'une baronne recevant dans son salon philosophique. Comme elle lui tendait sa main ganté, le Loup ibérique s'en saisit délicatement et éffleura de ses lèvres la patte blanche ainsi qu'il est de bon ton dans la bonne société.

Sur son visage aux traits tirés, aux pommettes saillantes, Santiago laissa planer un sourire amusé. La mère maquerelle jouait foprt bien son rôle et lui commençait de trouver la chose amusante, insensée mais drôle. Il salua la dame d'une voix rocailleuse aux accents roulants comme la mer méditerranée.

" Madame Lili... Vous aves su hier me tirer d'un certain désenchantement par votre mytérieux parchemin. Le moins que j'aurais pu faire était donc de répondre à votre invitation. Santiago de Heredia, Je l'espère pour vous servir. "

Relachant doucement la main de Lili, sans l'avoir gardée plus que les convenances l'exigeaient, Don Santiago de Heredia jeta un regard sur le salon où regnait un certain laissé allé, tout en otant son chapeau. Coiffé et rasé de près, l'espagnol ne ressemblait pas moins à ce qu'il était. Un simple spadassin à l'arrogante moustache, vêtements éculés, dont les manières de soldats se dissimulaient sous le vernis de sa froide politesse. En outre, il s'habillait comme en un autre temps, et ce côté rétro le faisait passer pour un grand et maigre échassier sorti de son marais et somme toute assez perdu.

" A vrai dire, madame, je n'ai pas bien compris pour quelles raisons vous souhaitiez me rencontrer. et si les mystères que vous agitez devant moi sont comme le rouge pour le taureau dans l'arène, j'attends quelques explications. "

C'était dis avec la brusquerie d'un homme qui ne s'embarrassait pas de détail, mais sans animosité. Au contraire, le loup espagnol souriait à la femme avec un brin d'ironie. Mère maquerelle, surement, elle n'en montrait pas moins le train d'une grande dame, et ce jeu plaisait à Santiago qui jouait son rôle de Don avec amusement.
Revenir en haut
              

Madame Lili
Mère Maquerelle

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2006
Messages: 73
Localisation: Au sein de ma maison, à faire tourner les affaires... et les filles...
Race: Humain
Médium ?: Non

Message Posté le : 24/02/2007 19:21:37    Sujet du message : L'Hidalgo en goguette Répondre en citant

L'homme à l'indécente moustache noire se saisit de sa main avec élégance et manières dû à la circonstance. La maquerelle sourit en le voyant se trémousser comme s'il jouait un rôle qui ne lui collait pas tout à fait à la peau, puis récupéra sa main, qu'elle joignit à la seconde devant elle.
Elle prit le temps de jeter un oeil derrière elle pour verifier que tout était en ordre, puis reposa son regard sur le rital.

"Don Santiago, je suis fort aise que mon insolence ait émoustillé votre intérêt, et si j'ai pu, involontairement bien entendu, vous être agréable, je suis très flattée."

Elle opina de la tête avec un regard poli, un sourire infime au coin des lèvres, à la manière d'une royale personne saluant sa cour, puis elle se tourna de trois quarts, laissant apparaitre à l'espagnol, dans son intégralité, le salon où s'ébattaient les convives. Elle leva son bras, pointant de sa main ouverte, le spectacle qui s'offrait à eux.

"Je suis revenue à Londres depuis quelques années, et voilà à présent ma récompense, la prospérité dûe à la générosité des gentilhommes en manque d'affection... N'est ce pas là un admirable reflet de notre civilisation ?" questionna t-elle sans le regarder, un brin cynique.

Puis elle continua, reprenant là, où l'intérêt de son hote s'orientait :

"Ma demande ne concerne pas ce que vous voyez ici... Du moins, pas pour le moment, et pas tel que vous pouvez vous l'imaginer....
Je vous en prie passons dans un lieu plus approprié à la conversation et laissons ces jeunes gens s'amuser..."


Ce sur quoi, elle lui tendit le bras pour l'accompagner dans une pièce voisine.
_________________
Revenir en haut
              

Santiago de Heredia
Maître d'arme

Hors ligne

Inscrit le: 30 Avr 2006
Messages: 20
Race: Humain

Message Posté le : 26/02/2007 15:52:48    Sujet du message : L'Hidalgo en goguette Répondre en citant

Santiago Luis Raul, Senor y Don Marquez de la Peina y Lobos, n'était pas du genre à oublier qu'il était né à la cour d'espagne. Qu'un affreux petit nabot Francès au nom aussi imprononçable que Napoléon l'ait condamné à l'exil et ait achevé un empire décadent, n'otait rien au fait qu'il était convaincu de la supériorité de la noblesse ibérique sur toute autre, et qu'il trouvait fort saugrenue d'aller jouer a Sissi l'impératrice dans une maison de passe. Cependant, le monde se délitait, La croix rouge de la libération de Jérusalem rengainée, les hommes, à l'ère des machines, se détournaient du visage de dieu, croyaient comprendre la fondation du monde. Il y avait des choses plus étranges que la Dame Lili dans cette malheureuse époque. Et peut-être cachait-elle dans sa manche quelques ascendances avec la soeur de la cousine de la duchesse de York pour jouer ainsi. en dernier lieu, le vagabond aurait aussi pu reconnaître que le vulgaire spadassin aux allures de matamore qu'il campait, avait perdu beaucoup de sa superbe depuis sa jeunesse. Mais, cela, un Hérédia ne pouvait ni le comprendre, ni le reconnaître.

Il lui sourit d'un sourire lointain et crispé. La bonne ou la mauvaise fortune de la mère maquerelle ne l'interressait pas beaucoup. Seul l'attrait du mystère qu'elle dégageait lui avait fait passer la porte. Il répondit d'une voix rauque et amusée.

" Emoustillé ? je laisse cela aux client sous le patient travail de vos demoiselles ! Mais, intrigué, attiré par le voile que vous avez entrouvert, si, signora ! A vrai dire, les moeurs de notre société me navrent ou m'ennuie. Je suis bien aise que notre affaire nous entraine vers d'autres lieux. Je profiterais ainsi à loisir et égoistement des fruits de votre conversation"

Sans plus attendre, avec ses manies brusques mais jamais violentes, il se saisit du bras de la dame et l'accompagna vers des lieux plus calmes et discret que le salon. Tandis qu'il avançait, il toisait ces hommes d'un regard hautain et vaguement condescendent. Mais, au fond de lui, il était surtout en attente des paroles de la dame. La porte tout juste refermée sur un semblant d'intimité, il demanda sans plus de cérémonie.

" Et bien, madame, que me vaut l"honneur de cette invitation ? "
Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : 23/10/2017 12:34:47    Sujet du message : L'Hidalgo en goguette

Revenir en haut
              

   Enosh Index du Forum .::. Chez Madame Lili
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  


Xooit.com :: Top Forums


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.